Le dynamisme permanent d’Inditex

Rédigé le 11 mars 2016 par | Actions, Indices, sociétés et marchés, Toutes les analyses Imprimer

Le 27 octobre dernier, je consacrais un article aux valeurs qui ne connaissent pas la crise. Je prenais pour exemple Inditex (ES0148396007), la maison mère de Zara (marque qui génère 65% de l’activité), également propriétaire des marques Massimo Dutti, Pull and Bear ou Berschka. Je ne croyais pas si bien dire ! Les résultats annuels, sortis il y a deux jours, sont en tout point remarquables.

De bonnes nouvelles pour Inditex

Le chiffre d’affaires 2015-16 (clos le 31 janvier dernier) révèle une hausse de 15,4% du chiffre d’affaires à 20,9 Mds€ tandis que le bénéfice net a progressé de 15% à 2,9 Mds€. Cela représente une marge nette de 13,9%. C’est énorme pour un acteur du secteur qui n’intervient pas dans le monde du luxe. A titre de comparaison, la marge nette de LVMH ne ressort qu’à 10%. Oui, vous avez bien lu : Inditex, le leader mondial du textile prêt-à-porter est plus rentable que le géant du luxe !

Dans le détail, c’est la vente sur Internet qui aurait connu la plus forte croissance, stratégie développée par le groupe ces derniers trimestres (nous n’avons pourtant pas de chiffre sur le sujet), le cap des 7000 magasins ayant été franchi, les leviers de croissance seront moindres de ce côté. L’amélioration de la productivité permet de tels résultats.

L’année 2016 démarre en fanfare avec une hausse du chiffre d’affaires de 15% entre le 1er février et le 7 mars. Une irrésistible ascension qui n’est pas prête de s’interrompre quand bien même le groupe prévoit (volontairement, puisque l’accent est mis sur la vente en ligne) un ralentissement du nombre d’ouvertures de ses magasins : +6% à 8% sur les prochaines années alors que le rythme était d’encore 8% sur l’exercice 2015-16.

Ces bonnes nouvelles font attendre une rentabilité nette sur les trois prochaines années dans une même fourchette de 13,5% à 14,5% selon les prévisions que je me suis procurées.

Last but not least : le groupe est finalement peu exposé à la Chine – contrairement à certains groupes de luxe.

Hélas, dans cet océan de bonnes nouvelles, il y a un léger hic concernant la valorisation de la société. Depuis mon analyse du 27 octobre, et bien que le titre ait cédé une douzaine de pourcents, Inditex reste une valeur très chère !

Inditex

L’action Inditex se paye sur un PER supérieur à 30, une Ve/ca supérieure à 4 et une Ve/roc supérieure à 20. Donc pour moi, ces ratios sont hors de prix, même au regard de la qualité de la valeur : croissance, rentabilité, situation financière saine et distribution de dividende.

Mon conseil sur Inditex

Même si Inditex semble être la valeur rêvée à garder en fond de portefeuille, vu la progression régulière du titre, ne vous précipitez pas pour acheter celui-ci. Il me semble qu’il vaut mieux attendre un retour sur les 25€.

Et pour le coup, impossible d’envisager une opération hostile sur le groupe. Amancio Ortega, le fondateur du groupe, détient 59,3% de la société. Il faudrait mettre sur la table, pour lancer une OPA sur Inditex, la bagatelle de 93 Mds€, hors prime de changement de contrôle. A titre de comparaison, LVMH vaut seulement 79 Mds€… et Kering un petit 20,5 Mds€ ?

Je ne vois donc personne capable tenter une telle opération qui coûterait sans doute plus de 100 Mds€…

Mots clé : - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire