Le Dow Jones Transport ne confirme pas les récents plus-hauts du Dow Jones

Rédigé le 13 février 2012 par | Analyses indices, Autres indices, US Imprimer

Charles Dow est un des pères de l’analyse technique. Fondateur du Wall Street Journal, journaliste financier, profondément passionné par l’étude des graphiques des marchés financiers, il constate très vite qu’il existe des tendances à court et moyen termes sur les marchés. Pour mieux les déceler, il crée ainsi les indices Dow Jones sectoriels, des « moyennes » de 20 à 30 sociétés du même secteur. Les trois principaux indices Dow Jones existent toujours et sont encore très utilisés : le Dow Jones Utility, le Dow Jones Transport et, le plus célèbre d’entre eux, le Dow Jones Industrial, appelé tout simplement « Dow Jones » par une sorte d’abus de langage.

Un peu de théorie
D’après la théorie de Dow, un seul indice ne peut pas donner une tendance. Il faut que le mouvement soit confirmé par tous les indices pour pouvoir affirmer qu’une tendance est baissière ou haussière. L’idée est qu’un mouvement de marché doit se confirmer sur les différents indices, sinon, c’est un signe de faiblesse.

En d’autres termes, même si le Dow Jones faisait un plus-haut marginal à court terme, s’il n’est pas confirmé sur le Dow Jones Transport, c’est un signe de faiblesse du marché. En outre, le secteur des transports est normalement plus sensible à l’activité économique que celui des valeurs industrielles ou utilities (services aux collectivités). Il est donc souvent considéré comme un indicateur avancé de la tendance.

« Nous ne sommes pas dans un monde normal. Nous sommes au bord de la Grande Apocalypse Financière. »

La sentence de Simone Wapler est claire. Les marchés et les investisseurs ont beau se voiler la face, la situation sous-jacente reste la même. Dette, crise, récession — l’équation ne change pas.

Mais à la fin de ce grand cirque, qui sera appelé pour solder l’addition ? Le contribuable. C’est-à-dire vous et moi.

Découvrez trois moyens concrets de lutter contre la descente aux enfers que nous promettent les décisions de nos dirigeants…

Lisez le rapport complet ici

 

  Penchons-nous donc sur cette analyse « inter-marchés »
Le Dow Jones vient de légèrement dépasser ses plus-hauts de 2011, à 12 876 points. Le Dow Jones Utility, lui, a déjà fait de nouveaux plus-hauts quelques semaines avant. Tout repose donc sur le Dow Jones Transport pour confirmer ou non la théorie de Dow.

Graphique: Dow Jones Transport
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Par rapport aux autres indices Dow Jones, la faiblesse de Dow Jones Transport est très claire : il est plus de 4% sous les 5 620 points, son plus-haut de 2011.

La configuration reste clairement négative sous ce niveau. Sur les indicateurs mathématiques, on note également de nets signes d’essoufflement ces dernières semaines. Donc tant que les 5 620 points sont résistance, une correction est donc probable sur les 5 040 points au minimum – voire sur les plus-bas de novembre, à 4 530 points.

Le Dow Jones Transport aurait donc dû être le premier des trois indices « Dow Jones » à dépasser ses plus-hauts de mai 2011, or il n’en est rien. C’est un signe préoccupant qui montre la faiblesse du marché et le risque de correction important.

Tant que l’ensemble des indices ne confirme pas les récents plus-hauts, je pense que nous ne sommes que dans des situations d’excès de certains indices. Nous devons donc nous préparer à une nouvelle vague de correction significative dans les mois qui viennent, qui permettra au marché de reprendre son souffle.

Enfin, vous aurez sûrement remarqué que le Dow Jones Transport n’est pas le seul à ne pas confirmer la hausse récente, puisque le S&P 500 ne l’a pas fait non plus…

Mots clé : - -

Sebastien Duhamel
Sebastien Duhamel

Un commentaire pour “Le Dow Jones Transport ne confirme pas les récents plus-hauts du Dow Jones”

  1. […] Or qu’a fait le Dow Transports depuis fin janvier ? Il a reculé. Comparé à l’ensemble du marché, il a fait moins bien, comme le montre la courbe rouge du graphique ci-dessous. C’est la preuve que le pétrole cher est en train d’assommer la reprise. C’est ce que Sébastien Duhamel vous expliquait d’ailleurs très bien à la mi-février. […]

Laissez un commentaire