Le choc est devant nous. Il pourrait être énorme

Rédigé le 9 juillet 2009 par | Matières Premières Imprimer

◊ Et plus dure sera la chute… C’est par cette petite phrase qu’il y a 10 jours je terminais mon article sur les perspectives hebdomadaires des devises.

Entre temps, le CAC 40 est repassé sous 3 100 points, le S&P 500 sous les 900 et l’euro vaut moins de 1,40$.

Vous êtes alors, à lecture de ces premières lignes, en droit de vous demander si votre analyste Forex (préféré ?) n’est pas en train de faire une crise d’égocentrisme aigüe. Surtout que finalement, l’objectif des 1,3750 dont je parle depuis plusieurs semaines maintenant est encore loin avec de nombreuses embûches devant lui.

Eh bien non, rassurez-vous. Mon égo est bien rangé sous mes écrans de cotations et je suis plus que jamais prudent. En effet, même si la satisfaction de voir le marché reprendre un peu ses esprits est là, je me concentre surtout sur les signes et indicateurs qui pourraient venir encore conforter ma conviction.

◊ La confiance s’évapore aux Etats-Unis Vendredi dernier, un coup de frein a tout d’abord été donné par le Conference Board qui publiait son indice de confiance américain. Ce dernier est ressorti à 49,3 pour 55,4 points attendus. Ce n’est pas tant que ce chiffre soit très mauvais, c’est son deuxième meilleur score depuis octobre 2008 ; mais cet indicateur est surtout bien représentatif du sentiment des marchés de ces dernières semaines : l’euphorie.

En effet, les intervenants en attendaient trop, trop vite. Le retour à la réalité était inévitable, comme l’était le rebond que nous avons connu après la chute vertigineuse des cours dans fin 2008/début 2009.

◊ En Europe aussi...

Lundi matin, en Zone euro, l’indice Sentix qui donne le niveau du sentiment des investisseurs européens s’est lui aussi écroulé après la lueur d’espoir du mois dernier.

Cela concorde parfaitement avec le malaise qui est ressorti des rencontres d’Aix-en-Provence, qui réunissaient les grands décideurs français. Le bilan est morose et le moral des chefs d’entreprises est en berne.

◊ Faites confiance aux entrepreneurs, plutôt qu’aux politiques On retiendra la petite phase de Pascal Lamy, DG de l’OMC qui confiait à La Tribune : « le choc social et politique de la crise est encore devant nous. Il pourrait être énorme. »

Mais ma préférence ira au commentaire du PDG de Scor, Denis Kessler, qui a réussi à résumer en une image l’effet des emprunts d’Etats : « c’est comme reprendre du pastis pour soigner une gueule de bois« . Explicite !

Bref, les boss ne voient pas la vie en rose et j’ai le sentiment que leur avis est plus fiable que celui des politiques et financiers qui voudraient bien nous faire croire que la reprise est à portée de main.

◊ D’un excès à l’autre La crise que nous traversons est due à un manque de confiance, qui a suivi un excès où tout était permis. Son dénouement est donc étroitement lié à la capacité des intervenants à trouver des supports qu’ils jugent sûrs.

Sur le marché des changes, les choses sont similaires. Le Dollar devrait trouver un support pour rebondir si la confiance continue de chuter proportionnellement au rebond euphorique qu’elle a connu ces dernières semaines.

Pourtant, je vous invite comme à chaque fois à la plus grande prudence, car il faut voir dans le récent rally de l’appétit pour le risque une formidable capacité de reprise de nos économies. Il est cependant, et à mon avis, encore un peu tôt pour crier victoire sur cette récession.

◊ Le yen pourrait en profiter Sur le Forex, le yen est la devise qui est le plus impactée par l’aversion au risque. Un défaut de confiance pourrait donc venir soutenir la devise japonaise, qui d’ailleurs a cassé lundi un support technique de première importance face à l’euro.

Graphique de la parité EUR/JPY

Graphique de la parité EUR/JPY

La rupture de la ligne de tendance étant confirmée puisque sous les 131,50, la voie est dégagée vers un premier objectif et support à 129,80.

Graphique de la parité USD/JPY

Graphique de la parité USD/JPY

Face au dollar américain, le yen a complètement cassé le triangle formé ces dernières semaines. Le premier objectif que je donnais de 94 yens a été atteint… et plus encore ! Une nouvelle configuration et de nouvelles opportunités de gain se mettent en place : je vous en dirai plus demain, au Forex Day à Paris comme convenu !

Mots clé : - - - - - - - - - - -

Jérôme Reviller
Jérôme Reviller

Passionné de finance et autodidacte, Jérôme Revillier dirige aujourd’hui une société de gestion spécialisée sur le marché des changes. Il collabore avec des investisseurs particuliers avertis, des institutionnels ou encore des hedge funds cherchant de la performance absolue.

Vous pouvez croiser Jérôme sur des salons comme Actionaria, le salon du Trading ou le salon de l’Analyse Technique – il parcourt aussi la France, la Suisse et la Belgique pour rencontrer les investisseurs et leur faire partager son approche bien particulière des marchés.

Laissez un commentaire