Le CAC40 : un cas de figure plein d’enseignements

Rédigé le 17 octobre 2008 par | Autres indices Imprimer

Vous l’aurez compris : au-delà de ce que nous hurlent les graphiques depuis octobre 2007 (à savoir « vendez ! »), il faut prendre conscience, même si cela peut apparaître déprimant, que l’orgie de liquidités qui permettait de gonfler bulles après bulles depuis dix ans est terminée et que le temps de la diète et de la tempérance sont venus.

Si le krach de 1987 — qui n’est comparable à celui de 2008 que par l’ampleur des pertes — peut nous apporter un éclairage, il faut se souvenir que la remontée des indices en Europe (et donc à Paris) n’avait pas atteint une telle ampleur même au cours des six mois qui ont suivi

Mais pour l’heure, nous devrons sans doute nous contenter de « jouer les rebonds », comme en janvier, en mars ou un juillet dernier : à chaque fois, la moitié des pertes ont été effacées (que la correction atteigne -15%, -20% ou même -23%) et aucun gap (trou de cotation) n’a été laissé béant, pas plus sur les indices américains que sur le Vieux Continent.

Prenons le CAC40 : parti de 4 550 pts le 2 septembre pour tester les 3 050 pts le 10 octobre, il a repris +750 pts et pour se hisser jusqu’aux 3 800 pts, conformément au scénario des précédentes corrections. En ce qui concerne le gap des 3 934 pts du 3 octobre, son comblement exigerait un retracement de 60% des pertes des six dernières semaines : c’est encore un schéma classique mais cela suppose que le CAC40 parvienne à reprendre +30% d’ici la fin de l’année. Pas évident.

Tout semble possible vu la puissance du rebond survenu les 13 et 14 octobre (+17,5% en 48 heures au meilleur de la séance du 14). Mais comment l’expliquer si l’argent est devenu une denrée rare ?

Il ne faut peut-être y voir qu’un simple « effet loupe »: prenez une banale consolidation hebdomadaire de -2,2% et appliquez-y un grossissement de 10 fois, répétez la même manoeuvre pour un rebond sans grande intensité de +1,75% en 48 heures… vous voilà doté de la bonne focale pour profiter d’un rebond en « V ».

Le sang-froid et quelques points de repère graphiques (3 800, 3 934 puis 4 000pts à la hausse, 3 530 et 3 280Pts à la baisse sur le CAC) sont indispensables durant une période d’hyper volatilité des marchés mais pas suffisants : la sélectivité s’impose car les écarts de performance vont facilement de 1 à 3 entre divers compartiments de la cote.

REPRISE EN « V » = BEAUCOUP DE SELECTIVITE

En supposant que vous vouliez vous positionner pour jouer la fin de l’année 2008, les secteurs de l’automobile, du crédit, de la distribution, des loisirs, de la communication, du transport aérien, des matériaux de construction (destinés aux logements individuels) puis du luxe sont à éviter à l’achat dans l’état actuel des perspectives économiques moyen terme (18 mois à 2 ans). Vous pouvez par contre les shorter.

Inversement, les services aux collectivités (contra-cycliques), les sociétés para-pétrolières (de préférence aux raffineurs-distributeurs), les laboratoires, les niches technologiques liées à Internet (succès grandissant des sites de partage d’image et de son) devront être privilégiés.

En cas d’hésitation entre deux titres, privilégiez celui qui a bénéficié de la plus grande vélocité haussière dès l’amorce de la phase de rebond. La performance sectorielle, les utilities (énergie, environnement) l’ont emporté haut la main : ils devancent les matériaux de base — qui ont rapidement corrigé — puis l’ingénierie pétrolière (vulnérable en cas de rechute du baril).

Mots clé : -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire