Le CAC40 à 3 250 points le 18 septembre prochain ?

Rédigé le 4 septembre 2009 par | Autres indices Imprimer

Le degré d’optimisme des investisseurs avait atteint fin août des niveaux inconnus depuis les sommets historiques de juillet (en Europe) et d’octobre (Etats-Unis) 2007. Mais, comme nous vous le répétions dans ces Billets, il devait bien avoir une fin à cette euphorie. Eh bien ça y est. Voici le pourquoi du comment.

Vous aussi vous pensiez que le haricot magique devait grimper jusqu’au ciel ?

L’unanimisme de façade est devenu si populaire dans les milieux financiers que même les plus sceptiques préfèrent raconter leurs vacances qu’aborder l’épineux sujet des marchés affichant une exubérance irrationnelle… et des performances indicielles jamais observées au sortir d’une phase de crise boursière.

La probabilité de la sortie de crise économique faisait encore débat au début de l’été. Résultat : le CAC40 rechutait de 3 400 à 2 980 points puisque la nécessité d’un complément aux plans de relance était évoquée.

Jusqu’à aujourd’hui, tout discours mettant en doute l’hypothèse d’une reprise est devenu inaudible car les marchés — qui ont toujours raison — ont tranché : ce sera une reprise en « V » (la configuration graphique le prouve) et en aucun cas une reprise en « U » ou en « W » (comme l’évoque avec insistance le désormais célèbre Nouriel Roubini).

Les derniers contrariens étaient sur le point de lâcher l’affaire fin août. Quelques irréductibles baissiers ont failli retourner leur veste et se ranger à l’avis des bulls lorsque le CAC40 a débordé les 3 700 points (à 3 725) pour rejoindre des niveaux inconnus depuis le pic du 14 octobre 2008… Et c’est là que la tendance haussière a commencé à se retourner.

Sauf que rien n’est venu arroser le haricot

En l’espace de deux séances (et notamment à l’issue de la séance du mardi 1er septembre), le CAC40 matérialise un avalement baissier validé par la cassure des 3 615 points puis par l’enfoncement des 3 600 points, un palier technique qui correspond au support oblique court terme inauguré le 10 juillet et qui n’a même pas été défendu « pour le principe ».

Le CAC40

Le 2 septembre s’ouvrait un gap sous les 3 583 points (il n’a pas été comblé) et le CAC40 a filé tout droit vers les 3 535/3 550, niveau qui correspond au zénith des 13 et 14 août 2009.

Les oscillateurs daily avaient entamé une inflexion baissière qui aurait pu s’avérer sans conséquence (comme ce fut le cas à de nombreuses reprises depuis le 25 juillet)… Mais elle s’accélère brusquement.

Les oscillateurs weekly pourraient ne pas tarder à suivre et, dans ce cas, le comblement du gap des 3 467 points du 19 août pourrait survenir rapidement.

Après les 3 400 points : les 3 250 ?

Ce qui est certain, c’est que le consensus ne remet pas encore en cause la tendance haussière à moyen terme. Les analystes techniques soulignent collectivement la présence d’un fort support vers les 3 400 points et que la MM50 ne tardera pas à rejoindre et renforcer. Marc Dagher vous parlait d’ailleurs hier du fort support des 3 400 points, sauf que lui était nettement plus pessimiste et envisage un retournement de tendance. [NDLR : Et en toute logique, il a recommencé à se positionner sur des turbos put dans son service. Depuis le 1er septembre, ses put affichent des performances de +34,7%… +17,02%… +27,27% (entre autres) et vous aussi, vous pouvez faire des gains quand le marché baisse et quand les autres perdent de l’argent…]

Plus globalement, la base du canal ascendant en formation depuis le 9 mars (ligne que nous avons tracée en bleu sur le graphique) gravite vers 3 200 points et passera sur les 3 250 points vers le 18 septembre prochain — journée ô combien périlleuse des Quatre sorcières puisqu’elle conclut le troisième trimestre boursier des marchés dérivés.

Donc, vous pouvez viser les 3 250 points. C’est notre support technique important, et notre objectif — d’autant plus qu’il correspondrait à une correction d’une ampleur comparable à celle de juin/juillet.

Mots clé : - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire