Le blocage autour du nucléaire iranien ralentit l’économie israélienne

Rédigé le 3 mars 2015 par | Toutes les analyses Imprimer

Les spectaculaire refroidissement des relations entre la Maison Blanche et Benjamin Netanyahou ne résulte pas d’un changement soudain de ligne du Secrétaire d’État US au sujet de l’Iran :  il marque plutôt un refus israélien du compromis avec Téhéran sur  la question de son programme nucléaire. Il n’y a en fait guère d’éléments nouveaux dans le dossier iranien, en revanche, la Knesset (parlement israélien) a été dissoute il y a 3 mois jour pour jour et les élections législatives approchent à grand pas (elles sont fixées au 17 mars… d’ici moins de 15 jours).

Benjamin Netanyahou est donné perdant par les derniers sondages, le Likoud serait distancé par le bloc de centre-gauche… alors une position d’extrême fermeté − y compris vis-à-vis de Barack Obama − constitue l’un des derniers espoirs de rallier le soutien des petits partis les plus à droite (voire extrémistes) dont la plupart soutiennent déjà le Likoud.

En attendant, toutes les initiatives législatives et économiques sont gelées et cela ralentit sérieusement le business en Israël.

Mots clé : - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire