Le bel été boursier d’Osiatis

Rédigé le 7 septembre 2011 par | Big caps Imprimer

__________________________________

Analyste et rédacteur spécialisé sur les small caps __________________________________

Difficile dans le contexte actuel de trouver des valeurs qui progressent depuis le début de l’année – encore pire depuis un mois.

C’est pourtant le cas d’OSIATIS (FR0004044337 – OSA), une SSII spécialisée essentiellement dans les services aux infrastructures. Cotée sur l’Eurolist C, elle pèse quelque 90 millions d’euros (mero) en Bourse.

L’action prend 1,4% en un mois et 6,7% depuis le début de l’année. Une très belle performance relative certes, mais qui m’a conduit à rencontrer Jean-Maurice Fritsch, co-président du groupe.

Je connaissais déjà très bien OSIATIS. A l’époque où je travaillais chez Euroland Finance, nous avions comme client cette société et il m’est arrivé fréquemment de présenter des investisseurs à Robert Aydabirian, le prédécesseur de Jean-Maurice Fritsch. Autant vous dire tout de suite que le déjeuner fut des plus chaleureux et surtout sans langue de bois.

« Je suis entré dans l’entreprise dès sa création en 1998 comme directeur général exécutif. C’est dire si je connais bien OSIATIS » m’indique d’emblée le co-président du groupe qui revendique maintenant 3 482 collaborateurs.

Un nom prestigieux au capital du groupe Celui qui a gravi les échelons les plus prestigieux du groupe travaille en parfaite harmonie avec le groupe Walter Butler, actionnaire à hauteur de 43,6%. Si cela ne vous dit rien, Walter Butler est un énarque, d’abord conseiller de François Léotard au ministère de la Culture lors de la privatisation de TF1, puis banquier d’affaires chez Goldman Sachs avant de créer son propre fonds d’investissement.

Mais ce qui l’a rendu plus célèbre auprès du grand public ce furent ses prises de participation dans la SNCM ou… le PSG. L’homme a un énorme carnet d’adresses ! « Walter Butler assiste à toutes nos réunions SFAF et reste très proche d’OSIATIS » précise Jean-Maurice Fritsch. D’ailleurs il était interviewé la semaine dernière sur BFM Business, et en l’écoutant j’ai eu cette même impression : que Butler était impliqué et enthousiaste dans le business et dans le développement d’OSIATIS. IL va y avoir de nouvelles stratégies à développer – mais j’y viendrai dans un instant.

Ce qui fait le succès de la société, ce sont essentiellement ses bons résultats. Prenez par exemple le premier semestre de l’exercice. _______________________________Pour vous aider dans vos trades________________________________

PIB US, chômage ou encore stocks de pétrole. Ces indicateurs économiques provoquent très souvent de brusques variations intraday.

Or, vu la rapidité des mouvements en question (quelques minutes), il est impossible de les traiter manuellement dans l’instant. C’est là qu’intervient la stratégie intraday Flash Trade ! Si vous voulez vous aussi “jouer” les statistiques économiques, via les CFD, cliquez ici.

____________________________________________________________________________________________________

De bons résultats et une stratégie dynamique ! Son chiffre d’affaires a progressé de 14,1% à 137 mero pour une hausse de 20,5% de son résultat opérationnel à 9,6 mero. La marge opérationnelle passe ainsi de 6,6% à 7%. Mais le résultat net n’augmente que de 10,2% à 5,4 mero ce qui donne une marge nette en léger repli, à 3,9%. Mauvaise gestion ou autre explication ?

« La comparaison n’est pas juste dans la mesure où OSIATIS avait touché en 2010 un profit exceptionnel de 0,5 mero lié au remboursement d’une créance obligataire » ajoute Fritsch.

Oui, c’est évidemment l’analyse que j’en avais faite, et cela ne me gène pas : c’est tout de même l’une des plus belles performances au S1 parmi les SSII.

Lorsqu’on dissèque la croissance au S1, la progression de 14,1% se décompose en +9,3% pour la croissance organique et +4,8% pour la croissance externe.

« Nous cherchons clairement des cibles pour notre développement avec comme principaux pays l’Espagne et le Brésil. Nous ne nous interdisons pas de continuer également en France, comme nous l’avons fait en début d’année avec ALCYON, un spécialiste de la business intelligence et de l’architecture Web. Mais les cibles sont rares, surtout dans le coté » conclut Jean-Maurice Fritsch. En route vers les pays à fort développement donc ! C’est dit.

La société a-t-elle les moyens de cette croissance externe ? Une politique d’acquisitions ciblées ne devrait pas poser trop de problèmes financiers dans la mesure où OSIATIS a une situation financière très saine avec un gearing* de 1%. Cela veut dire tout simplement que pour 100 de capitaux propres, il n’y a que 1 de dettes.

Reste à savoir si cette politique va être déployée cette année alors que de part et d’autre se multiplient les signes de ralentissement économique. Sauf que, pour OSIATIS, le co-président du groupe ne constate pas d’impact lié aux réductions des dépenses budgétaires – alors que la SSII réalise quasiment 20% de son chiffre d’affaires avec le secteur public ! « Je vais vous surprendre mais je ne constate pas de ralentissement pour l’instant. OSIATIS est plutôt placé dans les dépenses de fonctionnement que dans les dépenses d’investissement. » Alors trop plein d’optimisme ou pas ?

Le groupe n’a jamais péché par orgueil et se paye même le luxe dans la conjoncture actuelle de relever ses objectifs sur 2012, estimant ainsi atteindre une marge opérationnelle à plus de 7,5% contre une estimation initiale de 7%. Le groupe mise sur le développement du Cloud Computing, qu’il soit privé avec le conseil amont ou dédié avec la fourniture d’environnements informatiques mutualisés. « Nous croyons beaucoup au Cloud Computing qui est une véritable révolution » ajoute-t-il.

J’avoue que je suis un peu surpris par cet optimisme – excessif ? – de Jean-Maurice Fritsch. Car OSIATIS réalise 22% de son chiffre d’affaires avec le secteur industriel et 18% avec le secteur bancaire… Or, ces deux secteurs devraient être ou sont touchés de plein fouet par le ralentissement économique. Ce dont je suis sûr, c’est que le groupe semble taillé pour faire mieux que son marché en termes de croissance. Mais quid en cas de forte récession?

Les fonds entrent au capital, ce qui peut nous rassurer L’action OSIATIS, indépendamment de son beau parcours boursier, attire de plus en plus de fonds d’investissement.

Ainsi en mai dernier, Artemis (groupe Pinault Printemps) et d’anciens dirigeants ont reclassé 10% du capital. L’opération a été surscouscrite 1,66 fois, permettant l’entrée d’une trentaine de nouveaux actionnaires.

Bon alors maintenant mon avis sur OSIATIS ? C’est l’une des plus belles SSII cotées avec des ratios assez attractifs. Ajoutez à cela que l’action offre un rendement de 3,6% – la société distribue depuis quelques années des dividendes. Je serai tenté de vous conseiller d’acheter le titre s’il n’y avait pas un contexte boursier toujours aussi délicat.

Mais pour l’heure, je pense qu’il vaut mieux attendre de voir comment les marchés vont réagir cette semaine aux problèmes grecs et au très net ralentissement américain. Mais mettez OSIATIS sur votre watchlist.

*Décryptage : gearing Le gearing est le ratio d’endettement sur fonds propres. C’est un très bon indicateur pour juger de la solidité d’une entreprise. Plus ce ratio est élevé, plus l’entreprise est endettée, plus elle doit payer des frais financiers et plus elle peut être bridée dans sa stratégie de croissance externe.

Première parution dans Small Caps Confidentiel le 06/09/2011.

Mots clé : -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Un commentaire pour “Le bel été boursier d’Osiatis”

  1. […] Mayor se fiche de ces turbulences de marché et poursuit ses stratégies ; Eric Lewin regarde le potentiel des small caps au microscope, Jérôme Revillier se fiche des actions puisqu’il joue sur le […]

Laissez un commentaire