Inscrivez-vous gratuitement à La Bourse au quotidien


Les LBO, un financement à double tranchant

Rédigé le 7 février 2017 par | Actions, IPO, OPA, opérations financières Imprimer

L’histoire semble se répéter. J’ai comme une impression de déjà-vu. Nous sommes à la fin des années 2000, en pleine crise financière, et les LBO (Leverage Buy Out, ou AEL en français pour Achat à Effet de Levier) sont sous pression, sérieusement ébranlés même. Pour faire simple, le Leverage Buy Out est une procédure de rachat d’entreprise à l’aide de montages complexes en utilisant un énorme endettement, ce qui permet donc un fort effet de levier. Quand je parle d’endettement énorme, c’est par exemple un ratio de 90/10 (90% de l’achat financé par endettement contre 10% en cash).

Le marché du LBO repart

En 2009, donc, le marché européen du LBO atteignait à peine les 21 Mds€. Mais, très vite, une amélioration du climat économique aidant et des conditions de financement défiant toute concurrence (merci Draghi) remirent la pratique au goût du jour : en 2015, les montants frôlaient les 90 Mds€. Mais, en 2016, tout s’écroule, patatras. Les montants ont reflué de 38%, autour des 55 Mds€ alors que le nombre de transactions est resté relativement similaire (-12% seulement). La raison : les transactions par LBO ont été ralenties au Royaume-Uni, Brexit oblige.

Valeur des LBO
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Valeur des LBO
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Avec 11 Mds€, comme en 2015, la France ne s’en tire pas trop mal… Mais force est de constater que les critiques à l’égard des LBO sont de plus en plus acerbes. Ils n’ont plus bonne presse.

Mais attention aux opérations ratées : c’est la mort du groupe assurée

Tenez, prenons SoLocal Group (FR0012938884) qui se débat avec une dette supérieure à 1 Md€ — héritage d’une opération de LBO initiée en 2006. A l’époque, la société valait 6 Mds€ en Bourse, mais l’opération de LBO l’a complétement écrasée sous le poids de la dette et, coincée entre un effondrement du marché des annuaires papiers et des versements généreux de dividendes alors que l’activité plongeait, le groupe ne s’en est pas sorti : il pèse désormais moins de 100 M€…

C’est ce que certains spécialistes appellent de la « mauvaise finance ». Et il est difficile de leur donner tort.

SOLOCAL
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Que dire également du cas Vivarte ?

Le spécialiste de l’habillement a connu trois LBO successifs dans les années 2000 alors que ses conditions de marché se dégradaient sans cesse.

C’est un peu comme si vous, cher lecteur, vous remboursiez 2 000€ d’emprunt pour votre appartement alors que votre salaire passait brutalement de 6 000€ par mois à 3 000€. Vous imaginez les conséquences financières pour vous et votre famille ?

Dans le cas des LBO ratés, ce sont toujours les mêmes qui trinquent : les salariés dont les emplois sont menacés car il faut évidemment restructurer le groupe qui n’arrive plus à faire face au poids de sa dette — comme c’est le cas pour Vivarte où il est question de supprimer de 132 postes sur 217… Ensuite, les actionnaires sont aussi victimes de l’opération ratée, car ils voient la valeur du titre s’effondrer, leurs dividendes suspendus.

Loin de moi l’idée de vouloir supprimer les LBO. Le système a fait ses preuves. Pour autant, une réglementation plus stricte devrait tout de même permettre de contrôler certaines dérives… Aux législateurs issus des urnes de juin 2017 de faire leur job.

Mots clé : - - - - - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Un commentaire pour “Les LBO, un financement à double tranchant”

  1. Les LBO peuvent être ratés et avoir des conséquences sociales, certes, mais n’importe quelle entreprise est menacée lorsque son marché se dégrade fortement comme ceux de Vivarte et de Solocal. Dans ces situations, le poids d’une dette importante n’arrange rien mais c’est davantage la capacité de rebondir et de changer de stratégie qui est essentielle. Et c’est là que l’ont voit que le vrai problème, ce sont les fonds vautours, qui rachètent la dette à vil prix et n’ont qu’un but: se faire rembourser au plus vite, aux dépens de l’avenir de la société. Dans les cas précités, Oaktree, Babson et consorts ont changé 4 ou 5 fois le patron de Vivarte en quatre ans, tandis que les dirigeants de Solocal se battent avec ces fonds créanciers Amber, Paulson et autres plutôt que de se concentrer sur le virage numérique du groupe. Où est la vision stratégique dans tout ça? Donc oui aux LBO (si le levier d’endettement reste maîtrisé), et non aux fonds vautours dérégulés!

Laissez un commentaire