L’Arabie Saoudite a perdu 100 Mds$ de pétrodollars ; Il faudra bien les remplacer par quelque chose !

Rédigé le 13 janvier 2016 par | Matières Premières Imprimer

Nombre de stratèges sont obnubilés par la politique monétaire de la FED.

Procèdera-t-elle à 3 ou 4 tours de vis en 2016 ? (des éléments de réponse avec le « Livre Beige » publié ce soir ?) ? Va-t-elle commencer à éponger de la liquidité en ne maintenant pas son bilan inchangé à 4 500 Mds$ (ce qui suppose d’acheter 400 à 450 Mds$ de nouvelles obligations pour remplacer celles venant à échéance en 2016) ? Jim Rickards, notre analyse spécialisé dans les guerres de devises, anticipe 3 tours de vis… avant un assouplissement forcé. Il explique pourquoi ici, et s’est déjà positionné en conséquence.

En fait, le tarissement de la liquidité pour les Etats-Unis a commencé il y a un peu plus d’un an avec la rechute du pétrole sous les 110 $.

La FED a éteint le QE en même temps que le baril commençait à dévisser et le pétrole, c’est des pétrodollars. Et sans pétrodollars, l’économie américaine n’a plus de quoi se refinancer.

160113_petrodollars

Pour mesurer l’ampleur du déficit de pétrodollars attendu en 2016, il suffit de jeter un coup d’œil au budget prévisionnel de l’Arabie Saoudite, dont plus de 90% des revenus proviennent de l’or noir. Avec une chute de -39% des recettes en 2015, l’Arabie n’a plus d’excédents à recycler mais devient déficitaire : elle doit donc puiser dans ses réserves, lesquelles ont chuté de 107 Mds$ en 2015 (à 650 Mds$ environ).

En ce qui concerne la masse de pétrodollars saoudienne, elle est passée de 276 Mds$ en 2013 puis 285 Mds$ en 2014 (soit 280 Mds$ en moyenne) à 172Mds$ en 2015… et pourrait être inférieures à 125 Mds$ en 2016 puisque l’Arabie table sur un cours moyen de 45 $ alors que le cours spot se situe désormais 30% plus bas.

Pour schématiser, la quantité de pétrodollars à recycler en provenance de la seule Arabie Saoudite a chuté de -100 Mds$ l’an passé et se situera 150 Mds$ plus bas qu’en 2013/2014, soit -250 Mds$ en 2 ans. Cela représente 4 mois de QE de la BCE ou 10 Mds$ de liquidités en moins par mois dans le système sur 2 ans.

Et puis, il y a tous les autres producteurs OPEP et non-OPEP qui voient également chuter de -60% la quantité de pétrodollars à recycler, soit un peu plus de 5 fois le montant alloué à l’Arabie Saoudite.

Il faut donc s’attendre à ce que la FED intensifie les discussions avec la BCE afin qu’elle prépare un recalibrage de son QE de 60 vers 75 Mds€ par mois… sachant qu’il faudrait aller à 100 Mds€/mois pour compenser le déficit de liquidités actuelles.

Il faut impérativement remplacer les pétrodollars par quelque chose, sinon le système financier tout entier s’effondre !

Mots clé : - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire