Inscrivez-vous gratuitement à La Bourse au quotidien


L’Amérique est le pays qui contribue le plus à la surproduction mondiale de pétrole

Rédigé le 26 juillet 2016 par | Analyses Forex et Matières Premières, Indices, sociétés et marchés, Toutes les analyses Imprimer

Quand rien ne bouge, il n’y a pas grand mérite à remarquer un secteur qui décale fortement sur 48H.

Un certain nombre de commentateurs commencent à s’émouvoir de la chute du baril de pétrole sous les 43$ à New York, comme si la cassure des 45$ il y a une semaine leur avait été totalement indifférente.

Mais il y a une semaine, Wall Street enchainait les hausses, alors que les indices US auraient maintenant tendance à plafonner (sauf le Nasdaq qui essaye de combler son retard sur les grands indices « historiques ».

Cela fait déjà 15 jours que nous annoncions le retour du pétrole canadien sur le marché (+600 à 700.000 barils/jour), puis le pétrole nigérian malgré les sabotages (il ne suffit pas de payer la rançon pour que ça s’arrête: les groupes de « rebelles » sont légion dans le delta du Niger et certaines compagnies occidentales songent à suspendre leurs opérations devant les coûts de « sécurité » trop élevés).

Mais le 1er producteur mondial, c’est désormais l’Amérique (et loin devant l’Arabie Saoudite), et si le Dakota du Nord ralentit un peu la cadence (moins de puits forés mais plus de rendement), l’Alaska prend le relai avec +400.000 barils, ce qui contribue à accroître les excédents US et gonfler les stocks, malgré la « driving season » qui permet généralement de les faire retomber.
Mais c’est surtout côté industrie que la demande ne redécolle pas, et c’est un phénomène planétaire.

Mais puisque les marchés ne cessent de monter, c’est que ce ralentissement n’existe pas.

Mots clé : -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la lettre Pitbull

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter 

Laissez un commentaire