La zone euro ne sera pas sauvée

Rédigé le 13 octobre 2011 par | Apprendre la Bourse, Matières Premières Imprimer

___________________________

Rédacteur de Fx Profit Trader
___________________________

Trois semaines…

C’est le temps que se donne Angela Merkel et Nicolas Sarkozy pour régler les problèmes de la zone euro.

On reconnaît bien là notre hyperactif-président, qui illustre une nouvelle fois l’incompétence chronique de la classe politique à traiter les problèmes de fond. Malgré les beaux discours, rien n’est réglé. Pire la situation se dégrade, tout comme les notes des établissements bancaires espagnoles, grecs et portugais.

Vous pensez que les agences de notation exagèrent ? Moi non.

_______________________________Pour vous aider dans vos trades________________________________

VIDEO EXCLUSIVE

Simone Wapler vous explique ici pourquoi l’once a toutes les chances d’atteindre très vite les 5 000$ ! Et surtout elle vous présente les moyens d’en profiter très simplement. Seulement, il ne faut pas tarder à agir.

Alors regardez vite cette video : vous le savez, les replis ne durent pas. Découvrez l’analyse de Simone.

____________________________________________________________________________________________________

Un château de cartes prêt à s’effondrer

Graphique: CAC Small
Pour agrandir le schéma, cliquez dessus

Extrait du New York Times, ce petit schéma vous montre à lui seul l’étendu du problème.

L’Espagne est le plus gros créancier de son voisin portugais avec près de 30% de la dette détenue. La France et l’Allemagne ne sont pas en reste avec 15% chacun, soit tout de même 45 à 47 milliards de dollars.

Là où les choses se compliquent, c’est quand on regarde les créanciers de l’Espagne. Là aussi, le couple Franco-Allemand se distingue avec 458 milliards de dettes (oui, vous avez bien lu) soit 40% de la dette espagnole globale. Pour comparaison, l’exposition de la France à la dette grecque est de « seulement » 75 milliards. L’Espagne et le Portugal ont été dégradés, ce qui signifie que leurs prêteurs (nous) sont aussi impactés.

Mais là où la France arrive en tête, c’est avec nos amis Italiens dont nous détenons plus de 500 milliards de dettes soit près de 20% de la dette globale !

Ce château de cartes est désormais prêt à s’effondrer alors que les agences de notations dégradent chaque jour de nouvelles institutions et soufflent sur cet équilibre fragile.

L’espoir de la micro-économie
Le poids de la macro-économie ces dernières semaines a poussé les marchés dans la turpitude.
Un espoir pourrait résider toutefois dans la micro-économie, avec des résultats trimestriels qui ont débutés ce mardi aux Etats-Unis. Mais le pari semble cette fois beaucoup plus difficile car le géant ALCOA (US0138171014 – AA) a déçu les investisseurs.

Au-delà des résultats, ce seront surtout les prévisions et anticipations que les dirigeants seront capables de faire qui pourraient aider les marchés à résister. Or là aussi, cela parait très compromis avec des entreprises qui écoulent leur stocks, freinent les commandes et naviguent désormais à vue. D’ailleurs les perspectives de croissance sont revues à la baisse chaque jour en zone euro et la récession paraît désormais inévitable pour 2012.

L’euro va baisser
Dans ce contexte de tensions économiques et politiques, l’euro est clairement le moins bien armé pour résister.

Après une reprise ces derniers jour, techniquement prévisible si vous avez lu mes derniers articles, le biais devrait rapidement redevenir baissier sur la paire EURUSD.

Graphique: l'euro va baisser
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

La zone vers 1,37$ est déterminante et un nouvel échec à franchir ce seuil nous conduirait sans doute à une nouvelle vague de baisse avec un objectif à 1,2950. Ainsi, nous attendrons une confirmation de cet échec avec un passage sous 1.,550 pour passer à la vente.

Bons Trades sur le Forex.

Mots clé : - - - -

Jérôme Reviller
Jérôme Reviller

Passionné de finance et autodidacte, Jérôme Revillier dirige aujourd’hui une société de gestion spécialisée sur le marché des changes. Il collabore avec des investisseurs particuliers avertis, des institutionnels ou encore des hedge funds cherchant de la performance absolue.

Vous pouvez croiser Jérôme sur des salons comme Actionaria, le salon du Trading ou le salon de l’Analyse Technique – il parcourt aussi la France, la Suisse et la Belgique pour rencontrer les investisseurs et leur faire partager son approche bien particulière des marchés.

Un commentaire pour “La zone euro ne sera pas sauvée”

  1. […] Source. On peut écrire à Le Salon Beige par email à : lsb@chretiente.info et visiter son site ici. […]

Laissez un commentaire