La tragi-comédie du Club Med traîne en longueur…

Rédigé le 8 décembre 2014 par | IPO, OPA, opérations financières, Mid et Small Caps Imprimer

L’italien Bonomi a déposé une nouvelle offre sur le Club Med (FR0000121568) à 24 € par action, soit 50 centimes de plus que les 23,50 € de Gaillon Invest 2, porté par le chinois Fosun.

Cela fait plus de 18 mois que le feuilleton de l’OPA sur le Club Med a débuté… et l’on avance à coups de 50 centimes. Cela pourrait durer encore longtemps !

Mais pour la première fois, on a entendu de violentes critiques de la part d’Andrea Bonomi quant à la stratégie du Club Med.

Bonomi argumente que le ne doit pas abandonner le moyen de gamme à Look et Marmara. Pour lui, le groupe doit améliorer l’état de ses villages « trois tridents », leurs offres et leurs tarifications, ce qui va à l’encontre de l’actuelle stratégie du Club Med, menée par Henri Giscard d’Estaing qui ne cesse de vanter la montée en gamme du groupe – sans pour autant en obtenir des résultats satisfaisants.

Andrea Bonomi enfonce alors le clou en disant que le management a désormais l’habitude, à chaque saison, de trouver des raisons conjoncturelles aux piètres performances. Ambiance…

Il est vrai que le bilan ne plaide pas du tout en faveur de l’actuel dirigeant du groupe. Sur les 6 dernières années, le Club Med a connu seulement deux années bénéficiaires, mais même là, il ne dégageait qu’une très faible rentabilité nette (inférieure à 1%). Il est bien évident que si Bonomi remportait l’offre, il souhaiterait de longues vacances à Henri Giscard d’Estaing (HGE comme le surnomment certains en hommage à son père VGE).

A contrario, un succès du groupe chinois lui permettrait de rester en place et de poursuivre ses développements en Chine et dans le haut de gamme.

Ca y est, la pépite dénichée par Eric Lewin comment à attirer les investisseurs : le titre a pris 20% en un mois …

… et ce n’est que le début !

Par contre, c’est peut-être la dernière chance que vous avez de vous positionner à ce prix.

Ne tardez pas, et montez dans le train quand il est temps.

 

 

On saura avant le 19 décembre si le Chinois va surenchérir. Mais il y a dans ce dossier une ambiance de plus en plus malsaine : des accusations de mensonges, d’incompétences, des dissimulations fusent de toute part.

Il me semble que la tragi-comédie a assez duré… Il faut un vainqueur car pour l’instant, il n’y a qu’un perdant, c’est le Club Med. Le groupe ne peut aller au bout d’aucune stratégie, et les salariés sont évidemment inquiets de la tournure des évènements.

Il me semble qu’au lieu de relever leur offre de 50 centimes en 50 centimes, il faudrait frapper u grand coup et proposer carrément les 27 € afin de remporter vite le dossier et que la nouvelle direction puisse se mettre enfin à travailler pour améliorer la rentabilité du Club Med ! Car le Club Med a perdu 18 mois en excuses et tergiversation, et pendant ce temps là, les autres acteurs du secteur fourbissent leurs armes et développent tranquillement de nouvelles stratégies.

Tenez par exemple : en fin de semaine dernière on a appris que Pierre et Vacances (FR0000073041) allait se développer en Chine grâce à un partenariat avec la société chinoise Beijing Capital Land. L’idée est d’y développer des sites touristiques inspirés du concept de Center Pars. Une bonne chose pour Pierre et Vacances qui doit absolument s’émanciper de la France et se développer à l’international… mais que Club Med réalise qu’il n’a pas de temps à perdre !

Mots clé : - - - - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire