La revanche des mangeurs de grenouilles

Rédigé le 1 avril 2008 par | Matières Premières Imprimer

Courant février, je vous exposais mon point de vue concernant le potentiel haussier de l’Euro contre le Dollar américain. L’objectif à 1,60$ est sur le point d’être atteint, à la faveur d’une hausse de l’Euro de près de 7% en moins de six semaines. Cela signifie évidemment que vous avez vu votre pouvoir d’achat progresser de 7% en moins de deux mois sur le marché américain, alors qu’il s’agit encore de la première économie mondiale ! En l’espace de 7,5 ans la parité a ainsi progressé de plus de 90% (ce qui n’est pas sans poser de problème, mais ceci est une autre histoire).

USD et GBP : même faiblesse face à l’Euro ! Si le billet vert ne cesse de se déprécier face à l’Euro, il n’est toutefois pas le seul. La monnaie britannique au profil de Sa Majesté la Reine d’Angleterre n’est pas en reste, avec une dépréciation face à l’Euro quasi équivalente au Dollar depuis début 2007 (soit respectivement -19,7% et -22%).

En sachant la méfiance des Anglais à l’égard de la monnaie unique (alors que leur monnaie est la seule grande monnaie de l’UE à rester en dehors de l’Euroland), c’est donc tout naturellement que je m’intéresse aujourd’hui à la livre britannique.

Rien ne va plus pour le Great Britain Pound Le graphique ci-dessous représente l’évolution de la parité EUR/GBP au cours des 15 dernières années. La lecture est limpide, puisque l’on distingue clairement deux cycles :

– entre 1995 et 2000 la tendance est baissière pour l’Euro (dont les cours sont évidemment calculés et non pas cotés pour la période 1995-1999),

– et depuis 2000 nous sommes dans un nouveau cycle haussier.

Ce dernier peut d’ailleurs se découper lui-même en 3 phases :

– La phase 1, de mai 2000 à mai 2003, durant laquelle l’Euro progresse de 25% en passant de 0,575 livres à 0,72 livres. Il aura néanmoins fallu plusieurs mois pour parvenir à retourner le puissant cycle baissier réalisé en 1995 et 2000.

– La phase 2 s’est étalée entre mai 2003 et janvier 2007 : on peut remarquer que le comportement des cours a traduit une période de consolidation : il a formé ce qu’on appelle d’une figure de continuation « en triangle symétrique ».

– C’est donc tout naturellement à la sortie haussière de cette figure qu’apparaît la troisième phase du cycle haussier engagé en 2000. Comme généralement lors de la validation d’une figure de continuation, le mouvement ascendant est puissant et ne traduit aucune hésitation.

Bien que le mouvement actuel soit particulièrement tendu (20% de progression en l’espace de 15 mois sur une devise aussi importante que la Great Britain Pound !), aucun élément technique ne permet pour l’heure d’envisager un retournement de tendance. Si vous êtes adepte du Forex, ce peut être un trade ultra lucratif et relativement serein.

Une hausse tranquille vers les 0,85 livres Comme sur le marché des taux, auquel il est évidement lié (puisque les investisseurs en obligations d’Etat convertissent leurs avoirs dans la monnaie de l’Etat offrant une rémunération plus avantageuse), les cycles sont généralement longs et mettent du temps à se retourner.

Il est donc fort probable de voir l’Euro poursuivre son ascension lors des prochains mois vers le plus haut historique à 0,85 livres. De quoi se demander si nos très chers voisins d’outre-Manche ne vont pas limiter leurs achats immobiliers en France…

Les prix de l’immobilier britannique, qui aujourd’hui paraissent déments, deviendraient alors de plus en plus proches de ceux de Paris et Londres pourrait ne plus être la ville européenne la plus chère, en cédant cette palme douteuse à Moscou…

Mots clé : - - - - - -

Laissez un commentaire