La nouvelle guerre froide : une mine d’opportunités boursières !

Rédigé le 14 octobre 2016 par | Indices, sociétés et marchés, Toutes les analyses Imprimer

C’est un peu le sujet du moment dont on ne parle pas dans les grands médias : la résurrection de la guerre froide entre occident et Russie à l’initiative de l’OTAN – autrement dit du Pentagone, autrement dit des néoconservateurs, autrement dit du lobby militaro-industriel US – qui impulse depuis 2 ans une intense propagande anti-russe et anti-Poutine.

L’occident : plus menacé par les soviétiques que par les islamistes ?

Curieusement, la principale menace immédiate pour l’occident – le terrorisme islamique – n’occupe qu’une place minime dans les communiqués de l’OTAN et la rhétorique à l’encontre des barbus moyenâgeux des califats instaurant la barbarie salafiste est presque bienveillante (« certains rebelles anti-Assad font du bon boulot en Syrie »).

Le budget militaire des Etats-Unis s’élèvera à 583 Mds$ dont près de 10% (environ 50 Mds$) va être consacrée à la modernisation de l’arsenal nucléaire américain.

En 2017, ce budget déjà pléthorique sera augmenté de 3,4 Mds$ pour l’implantation de brigades d’infanterie en Pologne et dans les Pays baltes : l’Armée rouge s’apprêterait-elle à envahir l’Est de l’Europe pour reconstituer l’empire soviétique ?

Vers une riposte nucléaire ?

Une riposte nucléaire est déjà envisagée dans les « bonnes feuilles » des rapports secrets sur la nouvelle doctrine du Pentagone… qui « fuitent » à dessein dans les médias occidentaux.

L’OTAN s’y prépare et les contribuables américains sont priés de croire que les chars russes sont déjà massés à nos frontières (enfin, surtout celles de l’Est) !

Pour mémoire, la totalité du budget militaire français s’élève à 36 Mds$ en 2016.

Les stratèges de Wall Street ne se voilent pas la face, le renforcement des anticipations d’une victoire d’Hillary Clinton le 8 novembre les incite à recommander l’achat des principaux fournisseurs du Pentagone : Boeing, Lockheed Martin/Sikorsky, Martin Marietta, General Dynamics… et de nombreuses pépites du secteur électronique spécialistes du cryptage, des satellites espions, des lasers à haute énergie, etc. Sans oublier les spécialistes du « catering » (ravitaillement des troupes sur des terrains de conflit éloignés), les fabricants des tenues pare-balles, des équipements de communication miniaturisés, etc.

La nouvelle guerre froide… c’est déjà une mine d’opportunités boursières !

Mots clé : - - - - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire