La France reporte la livraison des porte-hélicoptères à la Russie

Rédigé le 25 novembre 2014 par | Toutes les analyses Imprimer

L’Elysées s’aligne (capitule ?) sous la pression de l’OTAN et prétexte des justifications « morales » ou éthiques : la France reporte sine die la livraison des porte-hélicoptères à la Russie.

Pendant ce temps, l’industrie de l’armement américaine et britannique continue de livrer des armes à toutes les dictatures qui ont le mérite de se déclarer alliées de Londres ou Washington (tout en finançant pour certaines d’entre elles les mouvements terroristes et ultra fondamentalistes qui prennent pour cible les démocraties).

La France, symbole d’une certaine forme d’indépendance vis-à-vis d’un OTAN sous totale domination anglo-saxonne, vient de choisir son camp malgré l’humiliation subie via le dossier BNP-Paribas qui va coûter des centaines de millions au contribuables français (privation de recettes fiscales)

La Russie avait fait preuve d’une extrême modération dans sa communication face aux tergiversations de l’Elysée tout en rappelant qu’une non-livraison entraînerait de coûteuses pénalités financières (prévues dans le contrat).

Mais qu’est-ce qui va coûter le plus cher ? Le remboursement des Mistral que va exiger Moscou… où tous les futurs contrats qui vont nous échapper parce que plus aucun état ne prendra  le risque de passer commande à un pays qui obéit au doigt et l’œil aux USA ?

Le mal est fait : la Chine, la Suède et le Brésil doivent déjà se frotter les mains !  

Mots clé : -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire