Inscrivez-vous gratuitement à La Bourse au quotidien


La Fédération bancaire française monte au créneau

Rédigé le 24 mars 2016 par | Indices, sociétés et marchés, Toutes les analyses Imprimer

La garantie bancaire des dépôts jusqu’à 100 000€ (SEGD) ? Cela devrait vous dire quelque chose, sinon, reportez vous aux nombreux articles à ce sujet rédigés par Simone Wapler (et en ce qui concerne les miens, pour résumer : c’est vanité et pâture de vent, du bluff quoi).

La Fédération bancaire française monte au créneau au sujet du fond de garantie des (vos) dépôts.

D’après le système européen de garantie des dépôts, les banques sont sensées constituer une réserve égale à 0,8% des sommes inférieures ou égales à 100.000.

Mais elles couinent déjà parce qu’en plus des règle prudentielles de Bâle III et des taux négatifs, rajouter au pot commun 0,1% chaque année au fonds national de garantie (qui devrait être pleinement mutualisée d’ici 8 ans : il atteindra alors 43 Mds€), cela pèse sur leur rentabilité.

La Fédération bancaire française monte au créneau et commence à marchander: elle plaide pour que les banques soient dispensées d’abonder le FNG qu’à hauteur de 0,5% des dépôts et non plus 0,8%.

Mais çà ou rien, c’est à peu près pareil, parce qu’au cas ou la Deutsche Bank (je ne sais pas pourquoi je mentionne celle là, ça m’est venu comme ça) connaitrait de minuscules soucis sur son encours de 52 000 de produits dérivés (cinquante deux mille milliards, pas 43 milliards, on est d’accord !), je constate que le SEGD suffira juste à couvrir les 430.000 premiers comptes à 100 000€, à condition d’attendre que le fonds ait fini de faire le plein en… 2024.

Pour l’instant, le SEGD ne couvre que 25 000 comptes à 100 000€, j’espère que vous ferez partie des heureux élus… mais en terme de probabilités vos chances sont faibles.

Mots clé : - - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la lettre Pitbull

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter 

Laissez un commentaire