La Bourse au quotidien

Analyses et conseils boursiers indépendants

La Fed n’a que des raisons de monter ses taux le 14 décembre

Par Philippe Béchade17 Nov 2016

Janet Yellen confirme qu’une hausse de taux est imminente aux Etats-Unis. Plus personne n’oserait parier sur une impasse lors de la prochaine réunion des 13 et 14 décembre.

Cette fois-ci, les jeux semblent faits après la déferlante de statistiques publiées en début d’après-midi aux Etats-Unis. Le CPI – l’indice des prix à la consommation – fait un bond de +0,4% en octobre (dont +0,2% proviennent de la hausse du prix des carburants) et atteint +1,6% en rythme annuel.

Mais ce qui importe à la Fed et à Wall Street, c’est le taux d’inflation « core » (hors alimentation et énergie), et ce dernier s’établit à +2,1% sur 12 mois.

L’autre « surprise du chef » provient du secteur immobilier avec des chiffres des mises en chantier de logements neufs qui donnent le tournis.

Le mois d’octobre se solde par une envolée historique de +25,5% des lancements de nouvelles constructions (pourtant il n’avait pas neigé en septembre !)… mais une bonne partie de cette hausse spectaculaire est due à un rattrapage dans le secteur des « condos » (logements en copropriété) qui avaient subi un gel le mois précédent (cela doit résulter d’un changement de loi concernant le logement collectif).

Pas d’effervescence en revanche du côté des dépôts de permis de construire avec un timide +0,3%.

La Fed ne va pas manquer d’invoquer lors de sa prochaine réunion la forte diminution du taux de chômage : les inscriptions hebdomadaires plongent de -19.000 à 235.000, le plus faible total depuis… 1973.

Les taux d’intérêt se tendent sur toutes les échéances aux Etats-Unis depuis 14h30: le « 2 ans » franchit le cap des 1%, le « 10 ans » prend +3,5Pts à 2,263% sur le « 10 ans » américain, le « 30 ans » +3Pts vers 2,97%… et le meilleur taux de prêt immobilier qui en découle s’inscrit à 3,94% et il suffit d’une note de crédit un tout petit peu moins bonne pour emprunter au-delà de 4%.

Nous n’irons pas jusqu’à pronostiquer l’éclatement de la bulle immobilière, car depuis des mois, ce sont les épargnants fortunés qui achètent – afin de diversifier leur patrimoine – et sont peu concernés par le fait que le crédit soit abondant ou bon marché… Ils peuvent payer cash.

photo auteur

Philippe Béchade

Rédacteur en Chef de la lettre Pitbull

Philippe Béchade rédige depuis dix ans des chroniques macroéconomiques quotidiennes ainsi que de nombreux essais financiers. Intervenant quotidien sur BFM depuis mai 1995, il est aussi la ‘voix’ de l’actualité boursière internationale sur RFI depuis juin 2002. Analyste technique et arbitragiste de formation, il fut en France l’un des tout premiers ‘traders’ mais également formateur de spécialistes des marchés à terme. Rédacteur aux Publications Agora, vous trouvez chaque jour ses analyses impertinentes des marchés dans La Chronique Agora.

Voir les articles de Philippe Béchade

Infos Bourse, News & Opportunités

Suivez nous sur Facebook

Retour en haut

Si vous souhaitez recevoir des informations en exclusivité sur les IPO, OPA, augmentations de capital et autres opérations financières des partenaires de La Bourse Au Quotidien, inscrivez-vous ici :