Inscrivez-vous gratuitement à La Bourse au quotidien


La Deutsche Bank envisagerait de quitter les Etats-Unis

Rédigé le 17 octobre 2016 par | Actions, Big caps, Indices, sociétés et marchés, Toutes les analyses Imprimer

Deutsche Bank – Le renoncement à l’Amérique : un cauchemar pour ses contreparties américaines.

Cette information fait l’effet d’une bombe auprès des bons connaisseurs du dossier. La Deutsche Bank envisagerait de quitter les Etats-Unis (peu importerait que l’amende infligée par la justice américaine soit de 6 ou de 14 Mds$), car les règles de solvabilité recommandées par la Fed (et appliquée par la plupart des banques américaines) l’obligeraient à lever des milliards de dollars pour renforcer ses capitaux propres.

Soit… mais la Deutsche Bank jouit du statut de « primary dealer » (interlocuteur privilégié de la Fed, accès permanent aux liquidités injectées par la banque centrale, et ce qui n’a pas de prix, accès aux « secrets des dieux »).

La BNP-Paribas a acquitté il y 2 ans une amende record d’environ 9 Mds$ (payée rubis sur l’ongle) pour conserver son statut de « primary dealer » et préserver son activité de « banque d’investissement ».

Deutsche Bank y renoncerait selon une dépêche de Bloomberg. Ce serait un revirement majeur, car la banque allemande réalise plus d’un quart de son chiffre d’affaire aux USA (et y emploie plus de 10 000 salariés).

Mais ce sont surtout les contreparties de Deutsche Bank qui tremblent déjà à l’idée que la DB renonce à l’Amérique… Car sans l’accès aux guichets de la Fed, c’est la pompe à dollars qui se gripperait, ce qui rendrait très difficile le débouclement d’opérations bilatérales libellées en dollar sur les marchés à terme.

Et quand ont connaît les encours de dérivés (entre 45 000 et 72 000 Mds$ selon les méthodes de calcul incluant ou non le hors bilan), il y de quoi prier pour que ce soit du « bluff » pour fléchir la justice américaine ou que DB négocie le maintien son statut de « primary dealer ».

Mots clé :

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la lettre Pitbull

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter 

Laissez un commentaire