La Bourse d’Athènes s’enflamme à la veille des élections

Rédigé le 23 janvier 2015 par | Autres indices, Matières Premières, Toutes les analyses Imprimer

L’orgasme boursier et obligataire déclenché par le « QE open-end » de la BCE fait bondir Athènes de +4,5% à la veille de l’arrivée au pouvoir de Syriza qui serait presque devenu un parti centriste et europhile aux yeux des marchés.

L’euphorie va pouvoir perdurer tant que la Grèce ne décide pas de faire défaut sur sa dette — mais d’où pourrait lui venir une telle inspiration ?

La Grèce est saignée à blanc depuis 4 ans par ses créanciers… lesquels obtiennent par ailleurs et sans effort toutes les liquidités gratuites qu’ils réclament pour n’importe quelle stratégie spéculative sur les marchés dérivés (avec leviers illimités). 

Le plus scandaleux, c’est que le programme de privatisations estimé 50 Mds€ il y a 4 ans n’a rapporté jusqu’ici que 7 Mds€… et les acheteurs se gavent à vil prix avec de l’argent qui ne leur coûte rien.

Pire, parmi les acheteurs, il y a une majorité de grandes fortunes grecques qui ne payaient pas l’impôt et qui ont délocalisé leur argent en Suisse… Leurs avoirs « offshore » viennent de prendre 20% en 10 jours et les plages grecques, les stades ou les services publics grecs à privatiser leur coûtent instantanément 20% de moins.

C’est pas beau l’Europe ?

Mots clé : - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire