La Bourse, c’est plus facile en Chine

Rédigé le 7 mars 2016 par | Analyses indices, Autres indices, Indices, sociétés et marchés, Toutes les analyses Imprimer

Ça, c’est du capitalisme comme Wall Street l’aime !

La Bourse facile, c’est en Chine qu’il faut y jouer ! Et ça gagne à tous les coups.

Après tout, il n’y a pas de raison que la Fed, la BoJ et la BCE soient les seules à user du privilège de faire danser les indices boursiers au bout de leurs grosses ficelles. Ou avec une lance à liquidité.

Pékin est intervenu massivement pour arracher les cours à la hausse cette semaine et tout spécialement ce vendredi, à la veille du plenum du Parti, qui doit plancher sur un nouveau plan quinquennal.

La planification, c’est l’alpha et l’oméga des dirigeants chinois : il est normal que la Bourse obéisse aux mêmes lois.

Avec une nouvelle hausse de +0,5% à 2 875, Shanghai affiche son meilleur gain hebdomadaire de 2016 avec +4% cumulé.

Le marché en ordre

Les fonds publics, tous les relais financiers agissant sur ordre de Pékin, ont ramassé prioritairement une poignée de titans du secteur bancaires et du secteur industriel. Ces secteurs sont contrôlés par l’État, cela va de soi…

Ces fonds publics ont négligé à peu près tout le reste, et notamment les actions des entreprises à faible capitalisation (cotées via ChiNext, qui est le Nasdaq chinois). Ces entreprises ont continué de plonger ce matin de -5%. Cela en dit long sur la confiance des vrais investisseurs dans les perspectives de croissance de la Chine. Rassurez-vous, le Parti annoncera d’ici quelques jours une hausse officielle comprise entre +6,5 et +7%.

Ce scénario grotesque nous avais déjà été servi à la veille du défilé militaire célébrant le 70e anniversaire de la victoire de la Seconde Guerre mondiale sur le Japon l’automne dernier.

Pékin a ordonné de soutenir l’Industrial & Commercial Bank of China Ltd (ICBC), le première capitalisation chinoise, qui a bondi de +4,4%. L’Agricultural Bank of China a pris +4%, la Bank of China Ltd affichait +3% et Petrochina a été dopé de +3,2%.

La Bourse, c’est plus facile quand il suffit de créer de l’argent qui n’existe pas pour faire monter un « marché à acheteur unique »… qui n’existe pas.

Mots clé : - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire