Inscrivez-vous gratuitement à La Bourse au quotidien


La BCE pourrait se vanter d’avoir asséché le marché obligataire !

Rédigé le 18 octobre 2016 par | Indices, sociétés et marchés, Toutes les analyses Imprimer

La BCE pourrait surtout se vanter ce jeudi d’avoir… asséché le marché obligataire !

A 48 heures de la réunion de la BCE (soit le jeudi 20 octobre 2016), les spécialistes des marchés obligataires conviennent qu’ils n’en attendent aucune décision concrète et aucune annonce significative de la part de Mario Draghi.

Ils semblent souvent d’accord sur le fait que la BCE va pouvoir prendre prétexte de la hausse de l’inflation (« effet de base » positif sur 12 mois qui n’est guère imputable à sa stratégie des taux zéro) pour s’en attribuer le mérite et justifier de poursuivre sans rien changer… puisque ça marche très bien comme ça.

Mais le contexte économique planétaire étant moins porteur, il convient de poursuivre le soutien à l’activité en zone euro, d’où une poursuite du QE… qui pourrait être prolongé comme cela a été répété à chaque réunion.

Mais ce que les gérants ne disent pas ouvertement, c’est qu’ils sont bien conscients que ni les QE, ni les taux zéro n’ont d’impact sur la croissance ou l’inflation et que le seul effet incontestable, c’est l’assèchement du marché obligataire et la quasi impossibilité de ne pas se mettre à acheter « n’importe quoi » (du high yield, des Junk Bonds) pour obtenir un peu de rendement, et en prenant de surcroît position sur des « papiers » totalement illiquides (impossibles à revendre parce que de taille trop restreinte).

En fait, en cas de tension des taux longs, le pourcentage de dettes risquées et pour lesquelles il n’existe pas de demande – même lorsque tout va pour le mieux – est « considérable ». Cela pourrait représenter un tiers des lignes accumulées sous ce régime de « répression financière ».

Mots clé : - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la lettre Pitbull

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter 

Laissez un commentaire