La BCE entérine une économie de marché sans lois du marché

Rédigé le 11 mars 2016 par | Indices, sociétés et marchés, Toutes les analyses Imprimer

La séance du 10 mars demeurera dans toutes les mémoires. La BCE a fait une danse du ventre effrénée pour complaire à ses complices banquiers, allant au-delà des attentes les plus débridées de ces derniers.

La BCE a notamment expliqué que les taux négatifs permettraient aux banques d’engranger des plus-values à coup sûr avec leurs stocks d’obligations souveraines.

Après un moment d’étourdissement, presque un évanouissement face à tant d’émotion jeudi après-midi, les banques se remettent à flamber partout en Europe.

La BCE entérine une économie de marché… sans lois du marché.

L’épargnant moyen, lui, n’en croit pas ses oreilles. C’est le cas aussi du futur retraité allemand ! Lui à qui les établissements financiers confisquent l’épargne sur ordre de la même BCE. Laquelle se réjouit de payer symétriquement ses amis banquiers pour emprunter, via des taux de TLTRO pouvant être négatifs jusqu’à -0,4%.

Le fait que la dernière tanche de TLTRO sera délivrée en mars 2017 fait que les banques travailleront avec des liquidités à taux négatif jusqu’en mars 2021.

Autrement dit, le loyer de l’argent restera déconnecté de l’économie réelle quoi qu’il arrive, même en cas de retour de l’inflation. La BCE indique que les lois du marché sont mises entre parenthèses pour 4 années de plus, pendant lesquelles, si tout se passe bien, l’épargnant continuera d’être floué afin que son argent enrichisse ceux qui lui font crédit.

Mais pourquoi irait-on prêter de l’argent à quelqu’un qui va s’appauvrir et dont l’emploi va se précariser ?

Et symétriquement, compte tenu de l’avenir radieux que la BCE et les gouvernements concoctent pour les citoyens, pensez-vous que des « taux bas » vont leur donner l’envie d’emprunter ? Même sans voir leur épargne confisquée, les Japonais ne s’y risquaient pas ! Les Européens se montreront-ils plus aventureux ?

Mots clé : - - - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire