Prédire les krachs avec Google

Rédigé le 22 septembre 2010 par | Apprendre la Bourse Imprimer

Marc Mayor est expert en investissements éliminant le risque de marché. Il vient de lancer La Lettre de Marc Mayor portant sur ses plus grandes idées d’investissement : des idées contrariennes qui font son succès grâce à sa connaissance des mouvements des insiders de marché.

Vous voulez savoir avant tout le monde si les marchés actions vont chuter ? Facile : consultez Google Trends ! Vous saurez immédiatement combien de fois l’expression « krach boursier » a fait l’objet de recherches sur Internet. Plus la fréquence des recherches est élevée et plus le krach a de chances de se produire sous peu. Car ces recherches sont le plus souvent effectuées avant que le krach ne se matérialise. Voici un nouvel indicateur avancé qui vous permettra de vous distinguer de la foule.

En janvier 2008, le nombre de recherches sur le mot « récession » a connu un pic. Que s’est-il passé un mois plus tard ? La récession commençait dans la réalité ! En septembre de la même année, la fréquence des recherches sur « krach des marchés actions » a, à son tour, explosé. C’était un signal que le krach était sur le point de se produire.

Le pigeon pourrait croire que les gens s’intéressent à un krach boursier quand il se produit — ils en entendent parler dans les médias ou par leur banquier peut-être –, et cherchent donc à s’informer davantage. Mais cela ne se passe pas de cette façon dans la réalité.

Derrière Google Trend, le sentiment de marché
Les statistiques hebdomadaires fournies par Google Trends montrent au contraire que les recherches ont commencé à augmenter avant que le marché ne recule — comme le montre le graphique ci-dessous. L’indice de recherche affichait une valeur de 4 le 15 septembre 2008, alors que l’indice S&P500 avait clôturé à 1 255 points la veille.

Quand les recherches pour "krach boursier" augmentent sur Internet, le krach arrive vite dans la réalité

Puis l’indice de recherche a progressé, jusqu’à 6,4 le 29 septembre, alors que le S&P500 était déjà descendu à 1 099 points — ce qui est encore relativement élevé. Mais les deux courbes montrent que les recherches ont décollé avant que le marché baisse. Il s’agit donc bien d’un indicateur avancé.

Il est possible de dire la même chose des termes « bulle immobilière » et « krach immobilier », qui ont fait l’objet de recherches plus nombreuses avant que les phénomènes se concrétisent dans la réalité.

Que se cache-t-il derrière ces statistiques ? Le sentiment du marché, c’est-à-dire l’opinion la plus répandue sur une dimension économique ou l’action d’une entreprise. Il se trouve que quand tout le monde partage la même opinion sur un titre par exemple, il est très probable que ce titre soit surévalué. En effet, tous les suiveurs et les pigeons ont eux aussi fini par mettre leur argent dans le titre en question, la plupart du temps à la hausse.

Quand tout le monde pense la même chose…
D’où l’intérêt d’utiliser le sentiment du marché comme un indicateur contraire
. Quand tout le monde est optimiste sur une action, elle a toutes les chances de chuter car les pigeons finissent toujours par perdre. C’est comme quand votre chauffeur de taxi ou votre concierge vous recommande d’acheter telle ou telle action : c’est la preuve qu’il est clairement temps de vendre ! Je n’ai rien contre les chauffeurs de taxi ou les concierges, au contraire je les adore, car eux aussi sont des indicateurs avancés ! Ecoutez-les et faites l’inverse de ce qu’ils disent.

Pour en revenir à Google Trends, les résultats que nous en avons retirés peuvent se voir comme une forme numérique de prophétie auto-réalisatrice. Quand tout le monde s’attend à ce qu’un fait particulier se produise, nos anticipations s’adaptent à ce futur auquel nous croyons, ce qui se traduit par des comportements eux aussi différents, qui créent précisément le phénomène attendu. Y compris — voire surtout — s’il s’agit d’événements négatifs.

Prenons un exemple dans la vraie vie. Vous jouez au golf et soudain, le doute s’installe dans votre tête. Vous pressentez que vous allez envoyer votre balle dans l’étang qui vous paraît brusquement gigantesque. Comme par hasard, il y a de fortes chances que vous effectuiez un swing trop rapide ou déséquilibré à ce moment-là. C’est-à-dire le geste idéal pour que cette prophétie s’auto-réalise et que votre balle finisse sa vie au milieu des carpes.

Même chose sur les marchés, tous les pigeons haussiers cherchent à aller dans le sens des grands intervenants, des grands noms. Dans le sens du vent, quoi. Nul ne cherche plus à se forger sa propre opinion concernant les résultats d’une entreprise, il s’agit de deviner la façon dont le marché accueillera ces résultats. Pour sauter dans le train et se laisser porter par le courant.

Où sont l’analyse fondamentale ou l’originalité là-dedans ? Nulle part. D’où l’intérêt d’identifier des indicateurs avancés et/ou contrariens, qui permettent de sortir de la masse des gogos…

Mots clé : - - - - -

Marc Mayor
Marc Mayor

Marc Mayor est le fondateur et président d’Inside ALPHA, une entreprise helvétique spécialiste des approches financières éliminant le risque de marché (investissements dits « ‘neutres au marché »). Depuis plus de 10 ans, Marc analyse avec humour et sagacité le comportement des initiés de la Bourse, notamment dans les colonnes de sa rubrique hebdomadaire « Le Coin des Insiders », qui paraît chaque vendredi dans le quotidien financier L’Agefi (Suisse).

Auteur à succès, il préside aussi un cycle régulier de conférences réunissant des investisseurs, tant professionnels que privés, notamment sur le thème des métaux (de base ou précieux) et de l’énergie (fossile, nucléaire ou renouvelable).

Laissez un commentaire