Avec Kevin Warsh, la Fed restera dovish

Rédigé le 12 octobre 2017 par | Fed, Taux & Devises Imprimer

En dehors d’un calme relatif, les marchés la semaine dernière ont quelque peu ressemblé au film de Bill Murray : Un jour sans fin ; chaque jour étant comme le précédent.

L’or, l’euro et les bons du Trésor ont tous été faibles, tandis que les actions et le dollar américain ont continué de grimper. Depuis la conférence de presse de Janet Yellen du 20 septembre, puis suite à son discours du 26 septembre à Cleveland et à la dernière réunion du FOMC, le marché pense que la Fed va augmenter les taux en décembre.

J’ai étudié attentivement les remarques de Yellen et j’ai lu son discours deux fois. En utilisant notre modèle exclusif qui décrypte les intentions de la Fed, je conclus que ses remarques ne peuvent être interprétées que comme dovish et les données (voir ci-dessous) confirment fortement l’opinion selon laquelle la Fed n’augmentera pas les taux en décembre.

Le marché n’est pas d’accord avec cette analyse. Ce n’est pas grave. La façon la plus simple de gagner de l’argent est d’être hors du consensus lorsque le consensus est incorrect. Vous pariez et attendez que le marché vienne à vous.

Les dernières données de l’inflation (core PCE) sont sorties faibles : à 1,3% en août, soit 0,6 point de moins qu’en janvier (1,9%). Cela fait huit mois d’affilée de résultats médiocres pour l’inflation. La Fed est loin de sa cible de 2,0% et la tendance actuelle s’en éloigne.

C’est un bel hommage à nos modèles analytiques prédictifs. Cependant, le marché continue de s’accrocher à son « système de fausses croyances ». Le retournement viendra bientôt, et ce sera un grand choc. Mais pas tout de suite. Pour l’instant, la complaisance et le consensus erroné règnent toujours. La force du dollar, la faiblesse de l’euro et de l’or persistent.

Certainement pas pour longtemps.

Les données médiocres du rapport sur l’emploi de vendredi dernier sont venues s’ajouter à la pile de preuves qui montrent que l’économie ne peut supporter une autre hausse de taux, surtout avec la normalisation du bilan (aussi appelé QT) en cours. Ce resserrement quantitatif réduit la masse monétaire et entraîne un resserrement des conditions monétaires, même en l’absence de hausse des taux.

Compte tenu de la faiblesse de l’environnement économique et du resserrement actuel dû à la normalisation du bilan (QT), ainsi que de l’effet décalé des hausses de taux antérieures, la Fed fera une pause en décembre. Lorsque cette réalité apparaîtra, le dollar s’affaiblira et l’euro et l’or reprendront leur remontée initiée fin 2016.

Warsh Warsh : hawkish ou dovish ?

De plus, il est maintenant clair que Kevin Warsh sera le prochain président de la Fed, ce dont nous avons parlé pour la première fois l’hiver dernier. La première impression sur Warsh était qu’il est « faucon » (hawkish) et qu’il augmenterait les taux conformément à la règle de Taylor. Mais nous avions aussi expliqué que Warsh était un pragmatique, pas un idéologue. C’est un avocat, pas un économiste. Il travaille pour un fonds spéculatif, pas pour un département universitaire d’économie. Warsh fera ce qui est sensé, s’adaptera aux circonstances, et ne s’accrochera pas à une règle obsolète comme la courbe de Phillips chère à Janet Yellen.

Warsh considère le programme de réduction d’impôt de Trump comme favorable à la croissance. Lorsque la capacité de croissance réelle augmente, la probabilité d’inflation diminue. En effet, la croissance réelle remplace la croissance nominale en termes de contraintes de capacité sur le marché du travail.

Cela signifie que Warsh est moins préoccupé par l’inflation que Yellen et donc moins susceptible d’augmenter les taux. La montée en puissance de Warsh est donc un autre facteur dovish en plus de la désinflation et de la création d’emplois faible.

Cela peut prendre encore quelques semaines, mais lorsque cela se produira, l’inversion des tendances actuelles du dollar, de l’euro, de l’or et des obligations pourrait être violente. Cela favorisera ceux qui ont mis en place un trade contrarien dès maintenant. Le point d’entrée actuel pour l’euro, l’or et les bons du Trésor semble bon. Vous pouvez placer vos paris, vous asseoir et profiter du spectacle.

Bons trades Jim Rickards

Mots clé : - -

Jim Rickards
Jim Rickards
Rédacteur en chef de Strategic Intelligence

James G. Rickards est le rédacteur en chef d’Intelligence Stratégique, la toute nouvelle lettre d’information lancée par Agora Financial aux Etats-Unis. Avocat, économiste et banquier d’investissement avec 35 ans d’expérience sur les marchés financiers de Wall Street, Jim est également l’auteur de Currency Wars et de The Death of Money, deux ouvrages devenus best-sellers du New York Times. Enfin, Jim est également chef économiste pour le fonds d’investissement West Shore Group.

Il est également rédacteur en Chef de Trades Confidentiels et Alerte Guerre des Devises.

En savoir plus sur le service d’Intelligence Stratégique.

Un commentaire pour “Avec Kevin Warsh, la Fed restera dovish”

  1. Bonjour,

    je ne veux pas vouc contredire ou critiquez ,car vous etes une personnes agée mais votre article a quasi tout faux …je ne sais pas comment vous analyser le forex ou si meme vous avez une vrai experience dans le domaine.je vous donne 1 ou 2 point de raison dur une dizaine de cités.
    Deja ca ne sera pas Kevin Warsh donc il ne fallais pas faire le pro predicteur ou Guru.
    De plus vous par ler d’un $ fort et qui ne vas pas tader a devenir faible,alors qu’il est deja faible depuis 10 mois et aura plus tendances a devenir fort que faible,quel que soit le nouveau Fed Chairman,apres niveau stock cela est sur qu’il y aura une grosse corretion,mais rien a voir avec le Dollar?
    un autre point (je vais pas tous les cité sinon ca prendrais la nut et n’ayant pas dormit depuis 36h je shuis un peu K.O) le rapport de vendredi que vous dites faibles ne l’etait pas du tout c’est pour cela que le dollas avait pris un peu plus de force..le chiffre nfp etait attendu en baisse et est sortit plus bas certes mais avec le typhoon ect…le marche s’en fou un peu.ceux que le marcher a regarder et c’est la que j’ai vite vu que vous n’etiez pas du tout dans le coup est que vous n’avez pas mentionner l’inflation des salaires et c’est justement cela que regarde la FED et le Marche,bcp plus important que l’emplois qui a déja fais ces preuvent..en effet lA FEd s’inquieter que les salires n’augmenter pas en meme temps que l’inflation et donc ceci c’est produit ce Vendredi dont vous parler + lun taux de chomage au plus bas a 5.2% un plus bas de plus de 12 ans je crois + le taux de participation de gens en ages de travailler qui a augmenter qui justifie le taux de chomage…bref une petite formation de fondamentaux vous ferez le plus grand biien.

    en Toute amitié

    (pour ceux qui veulent des cours ou des tuyaux pour avancer dans le forex contacter moi ici en laisser votre email)

Laissez un commentaire