Jouez la hausse du secteur Basic Ressources

Rédigé le 20 juillet 2011 par | Autres indices, Matières Premières Imprimer

___________________________________________

Responsable du service Levier7, un service de trading sur les Turbos
___________________________________________

Avant de vous parler du Basic Ressources, j’aimerais brièvement évoquer les conditions de marché actuelles. Elles sont difficiles, vous le savez tout comme moi, que vous soyez novice ou trader expérimenté.

Théoriquement, l’analyse technique nous permet d’anticiper la réaction du marché sur certains niveaux : les gens réagissent sur des niveaux clés, selon des schémas observés dans le passé et relativement établis. C’est d’ailleurs ce qui permet à l’analyste de préparer ses stratégies de trading.

Or si un des postulats de l’analyse technique est que « tout est déjà dans les cours », il y a bien des évènements ces derniers temps qui ont surpris les intervenants. Ce qui fait que ce marché est volatil et déroutant.

_______________________________Pour vous aider dans vos trades________________________________

L’OR A TOUCHE LES 1 600$ L’ONCE !
Nous visons de notre côté les 5 000$… Prenez position maintenant.

____________________________________________________________________________________________________

Un marché déroutant
Prenons ces dernières semaines. Fin juin, une solution semble être trouvée pour la Grèce ; le marché réagit avec excès et reprend plus de 10%.

Quelques jours après, non seulement la Grèce n’est pas sauvée et pourrait faire défaut, mais on s’inquiète de plus en plus pour le Portugal et l’Italie. « Too big to fail ! » disent les anglo-saxons : le monde ne peut se permettre de laisser ces pays s’effondrer sans risquer d’être aspiré dans la tourmente. La seule solution : sauver ces pays du défaut.

Mais les tourments ne s’arrêtent pas là, et le marché va vite être pris à contre-pied avec les chiffres du chômage américain il y a 10 jours. Le cabinet ADP, la référence aux Etats-Unis pour le secteur privé, indiquait 157 000 créations d’emploi. Le lendemain, le marché en attend donc environ 80 000 pour le secteur public. Mauvaise surprise : elles ressortent à 18 000. Comment peut-il y avoir autant d’écart entre ces deux chiffres à une journée d’intervalle ? J’avoue avoir été très surpris.

De même, lors du flash krach de la semaine dernière, l’ampleur de la chute était assez impressionnante – et la panne de cotation des indices à ce très mauvais moment ne nous a pas aidés à y voir clair ou à poursuivre nos analyses. C’est étrange d’ailleurs… cela fait deux fois qu’Euronext rencontre des problèmes techniques pile quand les marchés décrochent… Passons…

L’analyste technique ne peut pas tout prévoir, je le sais et vous le savez. Mais il faut s’efforcer d’imaginer et d’anticiper les différents scénarios possibles. Un peu comme dans une partie d’échec où vous essayez d’anticiper votre stratégie avec plusieurs coups d’avance. Sur les marchés, c’est pareil. J’essaye d’anticiper plusieurs scénarios possibles et de réfléchir en amont aux stratégies possibles (c’est d’ailleurs le but des videos hebdo que je fais chaque vendredi : analyser la semaine passée, prévoir des scénarios et anticiper une stratégie).

Et pour avoir travaillé des années sur les marchés au contact de professionnels, je peux vous dire que l’analyse technique est de loin la meilleure méthode pour gagner de l’argent, à court comme à moyen terme.

Pour l’heure, je pense que la volatilité va encore s’accentuer cet été étant donné les nombreux facteurs d’incertitudes qui pèsent des deux côtés de l’Atlantique, avec des mouvements violents, à la hausse comme à la baisse. Cette volatilité est source de risque certes, mais aussi d’opportunités.

Le Basic Ressources : un rebond digne d’un manuel d’analyse technique !
En parlant de volatilité, le secteur Basic Ressources sur lequel je reviens cette semaine est justement l’un des plus réactifs parmi les secteurs européens.

Les valeurs qui le constituent – les transformateurs de matières premières – sont sous le double feu des actions et des matières premières. Il est également plus lié aux marchés chinois et aux économies émergentes, amplifiant leurs progressions comme leurs ralentissements.

Question analyse technique, nous avons réagi sur un niveau important en juin dernier : les 530 points.

Graphique: Basic RessourcesPour agrandir le graphique, cliquez dessus

Comme vous le voyez clairement sur le graphique (en daily), le secteur a été plus faible que les indices depuis le mois de janvier, puisqu’il a perdu plus de 20% sur les six premiers mois.

Le niveau des 530 points est le support horizontal qui correspond aux anciens plus-hauts de juin, août et septembre 2010 et aux plus-bas d’octobre 2010. Bref, c’est un niveau important. Et la réaction de juin est d’une précision impressionnante digne de figurer dans les livres d’analyse technique. En effet, nous avons fait le plus-bas en juin à 528 points en séance, comblant ainsi un gap haussier du 5 au 6 octobre 2010 et réagissant ensuite sur ce niveau, pour ne jamais clôturer sous les 530 points !

Ensuite, nous sommes restés quelques jours relativement proches de ce niveau, avant que le secteur n’accélère à la hausse et ne dépasse une oblique baissière qui lui barrait la route depuis avril.

Un scénario haussier : viser les 620 points
Mais ce qui m’interpelle, c’est la force du secteur ces derniers jours. En effet, dans la récente correction, là où les indices européens ont fait de nouveau plus-bas le secteur s’est montré plus fort que les autres et a beaucoup moins corrigé, restant à bonne distance de ses plus-bas de juin.

Sur les indicateurs mathématiques, le RSI à 14 jours a dépassé un peu avant les cours une oblique baissière en place depuis avril également, confirmant ainsi le scénario de rebond qui s’est mis en place. En outre, en Elliott, il est possible que la correction depuis les plus-hauts de janvier soit terminée sur le secteur, avec trois vagues en A/B/C, élément supplémentaire qui va dans le sens d’une nouvelle phase de hausse.

Dès lors, seule la cassure des plus-bas de juin à 528 points remettrait en cause mon scénario. Mais dans ce cas, la chute pourrait alors être violente, rejoignant les plus-bas de 2010, à 435 points. Pour l’instant, je n’envisage pas ce scénario : tant que les 528 points font office de support, étant donné la concordance des éléments techniques que nous avons, je reste haussier.

Vous pouvez donc vous positionner et viser les 620 points. Cette résistance proche des plus-hauts d’avril sera un premier obstacle et pourrait relancer les intérêts des vendeurs à moyen terme. Mais si nous parvenons à la dépasser, la vague de hausse s’accélérerait vers les plus-hauts de janvier à 657 points, avec probablement un nouveau plus-hauts à la clé.
A vos trades !

Mots clé : -

Sebastien Duhamel
Sebastien Duhamel

Laissez un commentaire