Au Japon, le temps c’est de l’argent… à dépenser lors du « Premium Friday ».

Rédigé le 24 février 2017 par | Statistiques et données macro Imprimer

Croissance en panne, déflation au Japon… Les autorités politiques et le patronat ont peut-être cerné les causes de ce mal tenace qui prive l’économie du moindre signe de vitalité depuis des décennies (sur le papier car dans le quotidien, le pays reste une « machine » parfaitement huilée). Et le coupable, c’est le manque de temps !

Les Japonais travaillent trop et n’ont pas le temps de dépenser

Et oui, le (ou la) salarié(-e) japonais ne prend pas assez de temps pour aller dépenser son argent. Et ça, c’est de la faute aux 35 heures ! Oui, ces 35 heures supplémentaires passées au travail chaque mois et qui prive les salariés du bonheur de faire tranquillement du shopping et de faire chauffer la carte bleue (ou le clavier du smartphone devenu lui aussi un outil de paiement indispensable).

Alors le Japon va expérimenter l’institution d’un vendredi de travail allégé, où les salariés et leurs cadres seront invités à quitter leur travail dès 15h00 pour aller dépenser de l’argent. Ce sera le « Premium Friday » qui se déroulera le dernier vendredi de chaque mois.

Voilà une initiative qui répond parfaitement aux problématiques du moment et qui promet d’être un vif succès : d’après un tout récent sondage financé par l’une des plus grandes chaînes de centres commerciaux du pays, ce ne sont pas moins de 3% des salariés qui se disent séduits par un « vendredi de la dépense ».

Ah… ça ne fait pas beaucoup !

Effectivement, si les 97 autres pourcents restent pour bosser, ça ne va pas être la ruée dans les galeries commerciales.

La réalité ?

En fait, les galeries marchandes sont bondées en permanence ! on y voit défiler de véritables marées humaines de 7H à 19H… mais les Japonais ne s’y arrêtent pas pour dépenser leurs Yens.

Mais comme il faut prêcher par l’exemple, Shinzo Abe a fait savoir qu’il prenait son après-midi… non pas pour aller flamber son traitement de Premier ministre sur Shinjuku (les Champs-Élysées de Tokyo) mais pour s’offrir quelques heures de méditation zen dans un temple de Tokyo, avant d’aller assister à un concert où une place au premier rang lui est offerte : voilà un premium friday qui va lui coûter cher et contribuer largement à la relance de l’économie nippone…

Mots clé : - - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire