Inscrivez-vous gratuitement à La Bourse au quotidien


Janet Yellen et Mario Draghi : good cop et bad cop

Rédigé le 6 avril 2017 par | Analyses indices, BCE, Europe, Fed, Taux & Devises Imprimer

Les places européennes ont-elles le don de prescience ?

Le scénario intraday observé à Wall Street hier est non seulement identique, mais de surcroît encore plus brutal que celui observé en fin d’après-midi sur le CAC40 ou l’Euro-Stoxx50. Après avoir marqué de nouveaux sommets, les indices se sont brutalement retournés pour terminer dans le rouge (léger le rouge, n’exagérons pas).

CAC40
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Après avoir marqué 5123,50 points à 16h00, le CAC40 a flanché jusqu’à 5 083 points (-0,79%).

Le Dow Jones est retombé de +0,9% à -0,2%, le Nasdaq – qui était au zénith historique à 5 935 points (+0,6%) – a fini en repli symétrique de -0,6% à 5 864 points, le S&P 500 lâchait 0,3%… et le Russel2000 -1,2%.

C’est le plus sévère contrepied intraday subi par les indices américains en 14 mois (tous les autres furent des contrepieds à la hausse)… Et ce retournement s’accompagne d’une belle poussée de stress caractérisée par un bond de 10% du VIX, à 12,90 points.

Mais avec cette fois, l’explication n’a échappé à personne : le compte-rendu de la dernière réunion du 15 mars révèle que les membres de la Fed jugent les marchés US trop valorisés (quels que soient les critères d’évaluation) et qu’il convient d’envisager une réduction de la taille de son bilan, qui a été maintenu à 4 500 Mds$ depuis l’arrêt du dernier QE fin 2014.

Envisager un assèchement progressif des liquidités ?!! Tout le monde sait que cela plombe le moral des investisseurs, drogués aux liquidités depuis 8 ans.

Et là-dessus se greffent des questionnements sur l’ampleur du plan fiscal de Donald Trump, avec comme sous-entendu (c’est Paul Ryan, le chef de file républicain, qui fait part de sa prudence) la possibilité qu’il doive revoir ses ambitions à la baisse. Or, la réduction des taxes et impôts promise se voulait la plus radicale depuis la première mandature de Ronald Reagan… et les marchés ont surjoué cette perspective !

L’effet douche froide est d’autant plus brutal qu’un petit vent d’euphorie soufflait à New York depuis la publication en matinée de l’enquête mensuelle d’ADP sur l’emploi (ADP a comptabilisé 263 000 créations de postes dans le secteur privé en mars, contre 245 000 le mois précédent, alors que les économistes anticipaient un score voisin de 175 000.

Heureusement, SuperMario vient à la rescousse

Mario Draghi a apporté une touche de douceur dans ce monde de brutes. Alors que la Fed envisage rien moins que de réduire la taille de son bilan (une véritable déclaration de guerre à Wall Street), la BCE leur a adressé un message de soutien sympathique et accommodant comme le marché les aime : « la balance penche en faveur de la croissance mais la partie n’est pas gagnée, un soutien à l’économie demeure nécessaire (…). En ce qui concerne les anticipations d’inflation, elles restent inchangées et il n’y a pas de signe d’accélération. »

Bilan des banques centrales
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Le changement de stratégie de la Fed correspond-il à une réelle volonté de normaliser la politique monétaire au risque de faire dérailler Wall Street… S’agit-il d’un ballon d’essai destiné à évaluer le degré d’aversion à un assèchement de la liquidité ? Ou bien est-ce la première tentative de mettre des bâtons dans les roues du chantier de Trump ?

N’oubliez pas que la Fed se réserve toujours la possibilité de rétablir un discours colombe si les opérateurs se roulent par terre de douleur (façon joueur de foot italien) en expliquant qu’il s’agit d’une « réflexion dans l’absolu », qu’il n’y a pas de calendrier, qu’elle reste data dependant. Mais rien que ce discours resserre les conditions monétaires et permettra de les détendre par les mots. A moins que ce soit une manière politiquement correcte d’avouer qu’elle navigue à vue… et qu’elle ne prendra jamais le risque de contrarier les marchés.

Vous avez 200€ ?
Alors… vous avez de quoi vous construire une retraite de ministreGrâce à ce plan secret, simple et applicable par tous, vous pourriez toucher jusqu’à 11 875€ supplémentaires par mois.Rien d’immoral ni d’illégal, vous verrez : tout est expliqué ici.

Mots clé : - - - - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire