Romain Daumont de Lowendalmasaï: « Nous avons une approche de consulting 100% orientée résultats »

Rédigé le 2 mai 2014 par | Interviews, Mid et Small Caps Imprimer

Image iTWLe non coté est un univers passionnant. On y rencontre des entrepreneurs déconnectés de la Bourse qui n’ont pas besoin de plaire à tout prix pour trouver des investisseurs. L’approche est complètement différente de celle des sociétés cotées contraintes, elles, de communiquer en permanence.

L’interview du jour fait donc la part belle au non coté avec Romain Daumont, directeur général France de Lowendalmasaï, un cabinet de conseil opérationnel spécialisé dans l’optimisation des coûts sociaux, fiscaux, financiers et achats.

EL: Pouvez-vous revenir sur les origines de Lowendalmasaï ?

RD: Pierre Lasry a créé Lowendal en 1992 sur une idée toute simple : récupérer la TVA sur les frais de représentation, une optimisation totalement inconnue des entreprises. L’année suivante, la société s’est penchée sur la recherche et l’élimination des surcoûts. Nos offres se sont étoffées d’année en année (financement de l’innovation, récupération de la TVA étrangère, etc.).

Parallèlement, nous avons procédé à de nombreuses acquisitions avant de nous rapprocher en 2007 de Masaï et Resulteam pour créer Lowendalmasaï.

Notre business model est simple à comprendre : nous avons une approche de consulting à 100% orientée sur les résultats. Autrement dit, nous nous rémunérons partiellement selon les résultats obtenus par les entreprises.

Ajoutons que notre structure capitalistique a changé en 2013 quand nous avons associé 24 de nos principaux managers au capital du groupe via un MBO [Ndlr : Management buy out].

EL: A quel moment et pourquoi les entreprises font-elles appel à vous ?

RD: Nous proposons des solutions concrètes aux entreprises quand elles ont besoin de performance opérationnelle. Il peut s’agir d’optimiser leurs coûts d’achats directs et indirects, leurs investissements, de récupérer des montants trop-versés en termes de taxes ou de sécuriser efficacement leur BFR, leurs crédits d’impôt, leurs prix de transfert ou leur représentation fiscale à l’étranger.

Nous travaillons avec EADS, Alcatel en passant par Carrefour, Alstom ou encore le Club Med. Par souci de confidentialité, je ne peux pas vous expliquer précisément ce que l’on fait pour eux. Néanmoins, à titre d’exemple, je peux tout de même vous dire que nous nous sommes occupés de la gestion externalisée des encours clients France (sur le périmètre de l’activité technologie) d’un spécialiste européen du conseil en hautes technologies réalisant 1,5 milliard d’euros de CA. Nous avons ainsi récupéré plus de 10 millions d’euros. Nous pouvons également travailler pour des sociétés plus petites, ça a été le cas pour une start-up du secteur des jeux vidéo.

EL: Vous avez passé 10 ans au Japon pour votre groupe. Que retenez-vous de cette expérience ?

RD: 10 ans de ma vie professionnelle et un formidable apprentissage des valeurs qui renforcent l’harmonie et la solidité de Lowendalmasaï : une forme de solidarité, de discipline et de courage propre au Japon et qui force l’admiration même si cela peut desservir la prise d’initiative et la spontanéité.

EL: Comment abordez-vous toutes les thématiques des CIR (crédit impôt recherche) et autres CICE (crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi) ?

RD: Nous avons l’avantage d’être aux premières loges des évolutions réglementaires et stratégiques des entreprises et nous en offrons la primeur à nos clients. Plus le monde de l’entreprise se complexifie (évolution d’une fonction, aide étatique, taxe et autres problématiques d’achats), plus nos clients prennent le reflexe de nous solliciter. Et, vu la complexité du monde actuel, notre CA poursuit bien sa croissance.

Notre développement passe également par une transversalité accrue des compétences de nos consultants, source naturelle d’innovation.

[Ndlr : retrouvez le décryptage d’Eric Lewin sur Lowendalmasaï ainsi que ses analyses complètes de valeurs et ses recommandations boursières sur Mes Valeurs de Croissance.]

Mots clé : - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire