Italie, Espagne : les marchés préfèrent les changements de caps politiques à l'incertitude | La Bourse au Quotidien


Italie, Espagne : les marchés préfèrent les changements de caps politiques à l’incertitude

Rédigé le 1 juin 2018 par | Toutes les analyses Imprimer

l'espagne en rebon ?L’actualité est 100% politique ce vendredi avec notamment un demi-coup de théâtre en Espagne, où les députés indépendantistes basques ont joint leurs voix à la motion de censure déposée par le groupe socialiste. Cette décision garantit la chute du gouvernement de Mariano Rajoy, lequel a déjà félicité par avance Pedro Sanchez, le chef de file des socialistes et très probable futur chef du gouvernement.

Le véritable coup de théâtre a cependant eu lieu entre hier soir et ce matin en Italie, où la coalition Mouvement 5 étoiles-Ligue et son chef de file, Giuseppe Conte, ont repris la main avec une proposition de gouvernement dont la composition a été jugée acceptable par le président europhile Sergio Mattarella.

Giovanni Tria a hérité du ministère de l’Economie, tandis que le controversé et très eurosceptique Paolo Savona s’est vu confier le portefeuille des… Affaires européennes. Cette situation n’est pas sans rappeler le cas de John Bolton, le plus grand détracteur de l’ONU et partisan de sa dissolution, qui avait été nommé par George W. Bush ambassadeur des Etats-Unis auprès de… l’ONU.

Le risque d’un Italexit écarté… pour le moment

Giovani Tria, ancien président de l’ENA italienne, rejette dans l’immédiat l’idée d’un Italexit, mais sans l’écarter totalement si la situation s’envenimait du fait de l’intransigeance allemande.

Il a notamment déclaré au printemps 2017 que le culte des excédents commerciaux germaniques – sur fond d’expansion monétaire de la BCE – sans une politique favorisant la convergence économique entre les différents pays ne fait qu’alimenter le déséquilibre qui place l’Europe en situation conflictuelle avec le reste du monde.  Et d’ajouter : « l’excès de vertu (l’accumulation d’excédents des pays fourmis, comprenez de l’Allemagne) fait plus de dommages que l’excès de déficit (des pays cigales). »

Les marchés financiers soulagés en Italie comme en Espagne

Sous réserve d’un vote de confiance des deux chambres du Parlement en faveur du président du Conseil Giuseppe Conte, la tenue de nouvelles élections législatives anticipées sera évitée.

La seule levée de cette menace galvanise le secteur bancaire à Milan, qui prend 2,7%, avec Banco BPM et Ubi Banca en tête (+6%), et Intesa Sanpaolo en hausse de 5%.

A Madrid, les investisseurs saluent également le changement antilibéral qui se profile, l’Ibex s’adjugeant 1,6%.

Alerte rouge sur Deutsche Bank, la Fed révèle ses inquiétudes récurrentes

Mots clé : - - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire