L’Italie au coeur de la tourmente

Rédigé le 8 novembre 2011 par | Apprendre la Bourse Imprimer

_______________________________________

Analyste et rédacteur du service de trading Agora CFD
_______________________________________

Les soubresauts de la Grèce la semaine dernière contribuent à alimenter la spirale négative sur les dettes européennes. Derrière le cas hellénique, l’Italie reste au coeur des préoccupations des investisseurs. Pour l’un des pays les plus endettés de la zone euro (la dette représente 120% du PIB – soit près de deux fois plus que la France !), la « zone rouge » n’est désormais plus très loin…

Pour la Banque centrale italienne, tout est sous contrôle
Dans un communiqué publié mercredi dernier (2 novembre) sur la stabilité financière du pays, la Banque d’Italie se veut rassurante. Et ce, même dans le pire des cas avec comme hypothèses :

  • une hausse des taux à 10 ans à 8% ;
  • une croissance économique nulle en 2012.

Au-delà de ces chiffres, ce qui m’interpelle dans ce communiqué ce sont surtout les commentaires de l’institution. Elle qualifie ce scénario d' »extrême ». Pour ma part, j’ai plutôt envie de parler de chiffres réalistes.

J’ai du mal à imaginer que l’Italie fasse mieux que l’Allemagne ou que la France qui envisagent désormais une croissance de 1% maximum. Par contre, qu’elle fasse moins me semble largement envisageable.

Pour la question de l’endettement, pas plus tard que jeudi dernier, les rendements de l’obligataire à 10 ans en Italie ont dépassé les 6,50%. Or, depuis deux ans, la crise de la dette avec les cas de la Grèce, de l’Irlande ou encore du Portugal nous a appris que le point de non retour se situait sur les 7%. Au-delà de ce cap, la charge des intérêts devient intenable… Ce niveau n’est donc pas si éloigné !

Gare au fameux seuil des 7%
Aujourd’hui, les rendements obligataires italiens sont au-dessus des 6%. Les investisseurs boudent le papier transalpin et donnent peu de crédit aux mesures annoncées par M. Berlusconi. Au niveau européen, à part faire marcher la planche à billets, l’Europe n’a aujourd’hui plus beaucoup de « cordes à son arc ».

Regardons le graphique suivant pour mieux comprendre les derniers rebondissements.

Graphique Italie
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

 

Après cette annonce les rendements étaient repassés sous les 5%. Mesures nécessaires mais visiblement pas suffisantes… Depuis septembre, la tendance haussière a repris ses droits et le cap des 6% est redevenu d’actualité.

  • Jeudi 3 novembre, la BCE a abaissé ses taux directeurs à 1,25%. Les rendements du 10 ans italien – qui inscrivait le matin même un nouveau plus-haut historique au-delà des 6,35% – commençaient à se replier. Techniquement, sur un graphique en chandelier, une bougie d’essoufflement en « mèche » a été laissée jeudi dernier. Si on en croit les implications techniques de cette configuration, l’accalmie devrait aujourd’hui se poursuivre. A court terme.

Car c’est là que le bât blesse ensuite. Une fois l’apaisement sur la Grèce passé, l’Italie risque désormais de concentrer toute l’attention des marchés (cela a d’ailleurs commencé). Une chose est sûre : si la hausse des rendements venait à reprendre et le cap des 6,50% à être franchi, je pense qu’il faudrait alors envisager un rally baissier pour la fin d’année sur les indices boursiers.

Ndlr : un rally baissier sur les indices ne doit pas vous faire peur car vous pouvez parfaitement jouer la baisse. Mathieu a engrangé +50% sur le Nasdaq en quatre jours !
Et ce n’est pas tout… Il a aussi enregistré le mois dernier des gains de +90% sur le S&P 500… 100% sur le CAC 40… +45% sur l’or… en quelques jours seulement à chaque fois.

Comment ? Tout est expliqué ici…

Mots clé : -

Mathieu Lebrun
Mathieu Lebrun
Rédacteur en Chef d'Agora Trading

Mathieu Lebrun est analyste financier. Il commence sa carrière chez Fortis Banque pour intégrer la table de négociations sur devises au sein de la salle des marchés du groupe Natexis Banques Populaires. En 2004, il intègre un cabinet de conseil sur produits dérivés en tant qu’analyste technique et obtient son diplôme d’Analyste Technique délivré par la STA (Society of Technical Analysis).

Depuis près de 10 ans, il s’est forgé une solide expérience sur les marchés financiers. En juin 2013, il décide de créer un service de trading simple et efficace : Agora Trading. Pour ses abonnés, il combine à merveille sa lecture des différentes classes d’actifs et leur corrélation pour en tirer le meilleur. Vous pouvez ainsi vous positionner en toute simplicité, en exploitant des outils de trading ultra-efficaces, les certificats Turbos.

En savoir plus sur Agora Trading.

2 commentaires pour “L’Italie au coeur de la tourmente”

  1. […] Première parution dans le Billet du Trader du 08/11/2011. […]

  2. […] “L’Italie est au coeur de la tourmente”, vous disais-je mardi dernier. Le moins que l’on puisse dire, c’est que cela a bien été le cas… Et ce, de manière encore plus exacerbée que ce à quoi je m’attendais. […]

Laissez un commentaire