IPO – Oxatis entre en Bourse, mon avis

Rédigé le 9 avril 2018 par | A la une, Indices, sociétés et marchés, IPO, OPA, opérations financières, Mid et Small Caps Imprimer

Vous savez ce que je pense des introductions en Bourse… Mieux vaut laisser à la débutante le temps de faire ses premiers pas boursiers avant de s’y intéresser. Si je vous déconseille assez régulièrement d’y participer, j’aime malgré tout les analyser. Je me suis donc rendu au déjeuner d’IPO d’Oxatis (FR0013328184), le one-stop shop du e-commerce.

Seulement 12,5% des PME vendent en ligne…

La société a développé une solution SaaS qui permet aux commerçants de développer leur propre boutique de vente en ligne avec toutes les fonctionnalités possibles comme le paiement ou encore le design et le marketing.

Bien entendu, ces solutions s’adressent plutôt aux petites et moyennes entreprises. Je ne vois pas LVMH (FR0000121014) ou Peugeot (FR0000121501) utiliser les solutions d’Oxatis.

Quoi qu’il en soit. Le besoin est là: si le marché du e-commerce pèse plus de 600 Mds€ de chiffre d’affaires en Europe, seulement 12,5% des PME vendent sur Internet. Et c’est sur ce segment que se positionne Oxatis.

De fait, le groupe souhaite accélérer son développement via une levée de fonds, de l’ordre de 10 M€. Cela lui sera utile pour renforcer ses équipes en Espagne, en Italie et au Royaume-Uni mais aussi pour capter de nouveaux marchés en Europe.

Oxatis a besoin de changer de taille – sur 2017, le groupe a dégagé un chiffre d’affaires de 9,6 M€. Mais comme le précisait le P-DG du groupe Marc Schillaci : « Notre objectif est de réaliser plus de 20 M€ à horizon 2020. »

Oxatis : une valorisation tendue…

Reste à se demander quand le groupe sera rentable… Depuis sa création, Oxatis a accumulé environ 17 M€ de reports déficitaires. La rentabilité ne devrait pas se matérialiser avant quelques années. En effet, le groupe poursuit encore ses développements et mise beaucoup sur sa R&D qui mobilise 14% de ses effectifs.

Ceci dit, dans ce genre de business, la rentabilité n’est pas la donnée que l’on regarde en premier. On raisonne surtout en multiple de chiffre d’affaires, ce qui explique qu’Oxatis se présente aux investisseurs, sur une valorisation comprise entre 30 M€ et 39 M€ (tout dépend du prix d’IPO fixé entre 9,14 € et 12,36 €). On part donc sur une valorisation post-money entre 40 M€ et 49 M€.

Pour tout vous dire, même si j’ai trouvé le management assez habile dans ses développements, mieux vaut attendre les premiers jours de cotation avant d’acheter le titre. Je ne remets pas en cause le modèle, mais je trouve la valorisation plutôt tendue.

A plus long terme, il est évident qu’ Oxatis pourrait faire l’objet d’un adossement dans la mesure où le groupe se positionne sur un marché porteur. Rien ne dit qu’un grand groupe de services informatiques ne jettera pas son dévolu sur la société à un moment ou un autre.

Mots clé : - - - - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias, conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management, responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance, consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire