METHANOR tente la Bourse

Rédigé le 3 juillet 2012 par | Biotechs et Medtechs, Mid et Small Caps Imprimer

Il est rare qu’une société nouvellement créée veuille s’introduire en Bourse. C’est pourtant le cas de METHANOR (FR0011217710), spécialiste de la méthanisation agricole, dont la création remonte tout juste à février 2012.

Arrêtons-nous tout d’abord sur la structure juridique quelque peu singulière de METHANOR. Il s’agit d’une société en commandite par actions (SCA). On y distingue deux types d’acteurs :

  • les commanditaires : il s’agit des actionnaires ;
  • les commandités : nommés par les commanditaires, ils sont responsables des dettes de la société sur leurs biens propres.

C’est la société de gestion, Vatel Capital, qui est le commandité gérant de METHANOR. Ainsi, mon petit déjeuner a eu lieu avec François Gerber, président de Vatel Capital – également à la tête de la société.

_____________________Pour vous aider dans vos investissements_____________________

300% de potentiel pour cette biotech, nos spécialistes sont formels : ACHETEZ !

Cette valeur biotech –spécialement dénichée pour vous par nos spécialistes– s’apprête à commercialiser une nouvelle molécule au deuxième trimestre 2012, et cela pourrait révolutionner le traitement du cancer.

Et… pourrait vous rapporter jusqu’à 300% de gains.
Pour tout savoir sur cette molécule qui pourrait aider des millions de patients souffrant de certaines formes de cancer, continuez votre lecture…

« Nous avons une vraie expérience du secteur avec plus de 160 millions d’euros de financement de projets d’énergie renouvelable depuis 2008 » m’indique ce diplômé de l’ESSEC, au physique de bon vivant qu’on aurait pu croiser dans un film de Michel Audiard. En effet, l’activité du groupe s’inscrit sur le segment de l’énergie renouvelable et, plus particulièrement, sur la valorisation d’unités de méthanisation agricole.

Vous ne connaissez pas ce procédé ? Il est relativement simple. Il s’agit tout bêtement de transformer des déchets organiques en méthane selon le principe de « fermentation anaérobie » (absence d’oxygène) – ce qui permet à la matière organique de se décomposer sous l’action de divers micro-organismes. Cette technique produit de l’électricité ou encore de la chaleur pour la partie énergie renouvelable. Cela donne également un résidu appelé le digestat que l’on peut utiliser comme fertilisant.

« Cette électricité sera revendue à EDF qui s’est engagée à la racheter avec une prime assez conséquente par rapport aux cours actuels et un tarif garanti pendant quinze ans » explique François Gerber. « Pour une unité de méthanisation, il faut trouver des exploitations agricoles d’environ 200 bovins pour produire les déchets » ajoute-t-il.

METHANOR cible donc les PME agricoles. « Il y a 20 000 exploitations potentielles qui rentrent dans nos critères » précise François Gerber. Le business model de la société associe les agriculteurs et METHANOR pour le financement d’une unité de 1,5 million d’euros avec 20% des fonds propres investis (agriculteurs et METHANOR) et 80% d’emprunts bancaires. « Une unité de 190kW doit dégager un chiffre d’affaires annuel de l’ordre de 0,3 million d’euros avec une marge nette de 25% » conclut François Gerber qui prévoit également de distribuer environ 95% du résultat en dividendes.

Pour l’heure, la société n’est pas rentable et elle ne le sera pas avant 2016… Pour l’instant, METHANOR a levé 1,4 million d’euros à 8 euros auprès de particuliers – essentiellement des clients de Vatel. Elle espère lever autour de 3,2 millions d’euros (entre 9 et 10 euros par action) avec son introduction sur Alternext et cible aussi bien les institutionnels que les particuliers. Cela devrait donner, post money, une capitalisation boursière de l’ordre de 4,6 millions d’euros. L’argent récolté servira en grande partie à financer trente unités de méthanisation agricole en deux ans.

Mon avis

Autant dire que METHANOR (FR0011217710) reste un petit dossier… Je trouve, et je l’ai dit lors de notre petit déjeuner, que cette introduction en Bourse intervient beaucoup trop tôt dans le process. J’ai rarement vu une société venir sur le marché moins de six mois après sa création, sauf à l’époque de la bulle Internet…

Il y a donc encore beaucoup trop de risques sur ce dossier et je préfère attendre de voir comment vont se dérouler les premiers mois d’exploitation avant d’investir – quitte à louper le premier train. La clôture de l’opération aura lieu le 5 juillet prochain avec la fixation du prix le 6 juillet et les premières transactions sur Alternext le 12 juillet.

Mots clé : - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

2 commentaires pour “METHANOR tente la Bourse”

  1. […] Une légère erreur s’est glissée dans mon article sur Methanor (FR0011217710)… En fait, la société devrait être rentable d’ici 2014. La date de 2016 correspond aux premiers bénéfices distribuables. Cela ne change pas mon avis sur l’étroitesse du dossier et sur sa petite taille qui ne rentre pas dans notre critère de sélection. AKPC_IDS += "13800,"; […]

  2. […] introduction en Bourse, que je vous ai présenté lors d’une récente eletter, a été réussie même si les montants levés sont inférieurs aux […]

Laissez un commentaire