Interview de Marc-Antoine Guillen, PDG de Invest Securities : Comment tirer son épingle du jeu ?

Rédigé le 28 novembre 2014 par | Interviews, Mid et Small Caps Imprimer

Revoir Marc-Antoine Guillen, P-DG d’Invest Securities, m’a replongé à l’époque où je travaillais avec Marc Fiorentino chez EuroLand Finance. Invest Securities était l’un de nos concurrents. L’homme, plus discret que médiatique, a déjà une belle carrière derrière lui. Si la société qu’il dirige aujourd’hui recouvre tous les métiers d’une banque d’affaires, et il cherche continuellement à enrichir son étendue de savoir-faire et de services / conseils à proposer à ses clients – d’où sa volonté actuelle de se renforcer sur son activité de société de Bourse. J’ai donc passé une heure avec lui pour discuter de sa stratégie. Voici ce qu’il en ressort.

Eric Lewin : Quel fut votre parcours avant l’aventure Invest Securities ?

M-A. Guillen : J’ai fait du droit, complété par une expérience d’analyste financier. De 1983 à 1989, j’ai été responsable de la table actions de GPK, un agent de change bien connu à cette époque. Puis, entre 1990 à 1998, j’ai exercé en tant qu’associé au Crédit Agricole dans la société de Bourse du groupe Hayaux du Tilly – la privatisation de Renault c’était nous.

Je me suis ensuite associé à Paribas pour reprendre IC Bourse et IC Gestion, entités que nous avons adossées en 2000 à la banque italienne Gruppo Banca Sella. Je suis resté dans le groupe jusqu’en 2006 à la direction générale d’IC Holding. En avril 2006, décidant de voler à nouveau de mes propres ailes, j’ai pris le contrôle d’Invest Securities.

 

E.L : Parlez-nous de l’Invest Securities de 2014 et des années futures

M-A. Guillen : Je dirige une équipe d’environ 80 personnes. Nos activités sont variées. D’abord, il y a la gestion avec Amplégest qui gère actuellement plus de 1 Md€ via des fonds comme Amplégest Multicaps et Amplégest Midcaps. Secundo, l’ingénierie financière avec Invest Securities Corporate. Ici nous proposons à nos clients toute la panoplie classique d’une banque d’affaires : levées de fonds privées, IPO, opérations de marché (equity et dette) et autres fusions / acquisitions… Ensuite, nous avons une activité de société de Bourse dans laquelle je viens de renforcer nos équipes de vendeurs et d’analystes afin d’augmenter notre poids sur les marchés secondaires.

E.L : C’est paradoxal, vous vous renforcez dans cette dernière activité alors que vos concurrents la considèrent comme très peu rentable. Pourriez-vous nous expliquer votre stratégie ?

M-A. Guillen : D’abord, nous montons en gamme pour ne plus être uniquement assimilés à un broker small et mid caps. Nous sommes certes spécialisés dans ce domaine, mais nous publions également sur des sociétés beaucoup plus grandes, au courtage plus facile. D’ailleurs, le problème du courtage est pour moi un faux problème. Il arrive que certains de nos clients acceptent de payer leurs ordres plus chers que la moyenne du marché tout simplement parce que nous leur apportons un vrai service et une réelle valeur ajoutée. Nous ne sommes pas de simples exécuteurs d’ordres – ce qu’apprécient nos clients, car les hommes traitent souvent mieux les ordres que les machines. Lorsqu’il s’agit de négocier un bloc pour l’un de nos clients, le tarif d’exécution n’est pas primordial. Il s’agit de trouver au mieux la contrepartie demandée.

E.L : Pensez-vous rester longtemps indépendants ?

M-A. Guillen : Nous n’avons pas l’intention de vendre pour l’instant. Je détiens toujours 60% de notre holding et mon associé, Jean-Emmanuel Vernay, les 40% restants.

Maintenant nous ne sommes pas opposés à ce qu’une banque nous accompagne et nous soutienne dans notre projet de développement. Mais cela devrait se faire selon nos conditions. Nous souhaitons rester majoritaires et la stratégie du nouvel entrant doit être en adéquation avec notre vision du monde de la finance. Comprenez bien que notre besoin de partenaires n’est absolument pas vital. D’ailleurs, l’avenir joue pour nous. Nous allons sans doute réaliser entre 20 et 25 M€ de CA cette année, tout en restant rentables – comme tous les ans depuis l’origine…

MON AVIS sur Invest Securities

La stratégie d’Invest Securities tient en un mot : diversification. C’est ce qui lui a permis d’ailleurs de résister à la crise de la fin des années 2000 sans trop de casse. Ses différentes activités (gestion, ingénierie financière et brokerage) lui permettent de se prémunir contre un climat boursier trop difficile.

A priori, dans une société de gestion – surtout si les performances sont bonnes –, les clients sont captifs et génèrent des revenus récurrents, année après année.

Je suis par contre un peu plus dubitatif sur la montée en gamme dans le brokerage, non pas en termes de services mais en termes de valeurs suivies : la société fournira-t-elle suffisamment d’analyses de qualité ? Arrivera-t-elle à suivre suffisamment de dossiers ? Comment se distinguera-t-elle des autres analystes ? Invest Securities commence à publier des analyses sur des sociétés de plus en plus importantes… mais la concurrence est d’autant plus importante que vous vous penchez sur des plus grandes valeurs, déjà plus suivies.

J’ai récemment reçu de la part de la société une analyse sur Ingenico, qui était très intéressante. Mais il y a beaucoup de brokers à Paris qui suivent déjà ce dossier. Ma question reste entière : comment Invest Securities tirera-t-elle son épingle du jeu ?

Mots clé : -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire