INTERPARFUMS ou la vie après Burberry

Rédigé le 30 octobre 2013 par | Mid et Small Caps Imprimer

VENEZ NOUS RENDRE VISITE SUR LE SALON ACTIONARIA !

Nous serons présents sur les 22 & 23 novembre, au Palais des Congrès, Porte Maillot, stand E05, espace Mid&Small Caps.

Venez discuter avec nos rédacteurs, écouter leurs analyses et profiter des offres exceptionnelles que nous vous réservons pour ces deux jours ! Voici d’ailleurs les horaires pour rencontrer nos rédacteurs :           

  • Eric Lewin : vendredi et samedi entre 14h et 16h30
  • Isabelle Mouilleseaux : vendredi entre 11h30 et 15h
  • Philippe Béchade : vendredi et samedi entre 11h et 13h30
  • Mathieu Lebrun : le vendredi entre 15h et 17h et le samedi entre 10h30 et 12h30
  • Simone Wapler : vendredi et samedi entre 16h et 18h

Et bien sûr, toute l’équipe sera là pour vous renseigner, répondre à vos questions et échanger avec vous !

Inscrivez-vous dès maintenant pour entrer gratuitement !

A très vite,

Nathalie Boneil

On craignait le pire pour INTERPARFUMS (FR0004024222) après la rupture l’an dernier de son contrat avec Burberry, son principal client qui représentait tout de même 53% de ses ventes. Certes, le groupe français a reçu une indemnité de sortie de contrat de 181 millions d’euros en décembre dernier mais on se disait que le spécialiste de la création, la fabrication et la commercialisation de parfums de luxe pour les grandes marques connaîtrait un retour de bâton assez important. Cela d’autant que le fait que Burberry veuille reprendre en direct son parfum pouvait laisser présager un mouvement du même ordre chez les autres acteurs du secteur…

• De nouveaux contrats et des chiffres de bonne facture

Il n’en est finalement rien. Bien au contraire. En fait, le groupe français n’a pas chômé depuis la rupture de son contrat avec le groupe britannique. Il a par exemple récupéré la licence Dunhil pour 10 ans au nez et à la barbe de Procter and Gamble. Il a également récupéré une licence exclusive de 20 ans pour la création, la fabrication et la distribution des parfums Karl Lagerfeld. Et, finalement, la débâcle anticipée par certains n’a donc pas eu lieu.

J’ai regardé de très près la dernière publication du groupe. Elle est vraiment très bonne avec un chiffre d’affaires de 74,2 millions d’euros au troisième trimestre, en progression de 33,5%. Et certaines marques rencontrent des succès considérables avec des hausses de l’ordre de 47,7% pour Montblanc, de 47% pour Jimmy Choo ou encore de 21,6% pour Van Cleef & Arpels.

Le groupe se paye même le luxe de rehausser une nouvelle fois sa prévision de chiffre d’affaires annuel pour la porter au-dessus des 335 millions d’euros… Un chiffre qui ne cesse d’être revu à la hausse alors qu’en juillet dernier INTERPARFUMS avait déjà relevé à 320 millions d’euros ses objectifs annuels – contre plus de 300 millions d’euros initialement.

La société peut voir l’avenir avec optimisme d’autant qu’elle dispose d’une situation financière très saine. Il est difficile de donner des chiffres précis sur sa trésorerie mais, d’après mes informations, elle pourrait dépasser actuellement les 190 millions d’euros. De quoi signer de nouveaux contrats et faire ainsi quelques emplettes.

N’oublions pas également que les nouvelles lignes Repetto et Boucheron devraient monter en puissance d’ici à la fin de l’année. Les efforts de marketing et de publicité vont se développer – ce qui ne devrait pas empêcher la rentabilité de rester sur des niveaux élevés, autour de 14% en opérationnel sur l’année avant, sans doute, une légère décélération l’an prochain autour des 12% pour cause d’intensification des efforts de marketing.

• Et l’action alors ?

La Bourse adore ce genre de success stories et l’action est au plus haut depuis 5 ans, en progression de 77% sur la période et de 41% depuis le début de l’année. Même si je trouve la capacité de rebond du groupe assez hallucinante après l’arrêt Burberry, il me semble que l’action commence vraiment à être à son prix avec un PER de 23 ou encore une VE/ROC de 15…

N’oubliez pas que les arbres ne montent pas jusqu’au ciel, comme Dassault Systèmes nous l’a récemment rappelé. Mais INTERPARFUMS reste de toute façon une société de très grande qualité.

_____________________Pour vous aider dans vos investissements______________________

Eric Lewin vous propose 3 mois d’essai Satisfait ou 100% remboursé !

Les articles de Small Caps Confidentiel vous passionnent ? Vous aimeriez détenir plus d’informations pratiques pour investir ? Plus de conseils pour engranger les plus-values ?

Découvrez aujourd’hui la lettre d’investissements d’Eric Lewin dédiée aux petites et moyennes valeurs de la cote – et bénéficiez d’une garantie de 3 mois Satisfait ou 100% Remboursé !

Toutes les caractéristiques de sa lettre son dans ce message spécial…

 

Mots clé : - - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire