Après les mauvaises nouvelles de la matinée, voici la non-nouvelle US dont les marchés avaient besoin

Rédigé le 2 novembre 2015 par | Toutes les analyses Imprimer

Le « verbe magique » du représentant autrichien au sein du comité directeur de la BCE – Ewald Novotny – continue de faire merveille, juegez plutôt : le CAC40 déborde les 4 935 pts, tandis que l’Eurostoxx50 retrace son zénith d’octobre, à 3450 pts.

De plus, le marché vient de bénéficier d’un merveilleux catalyseur relançant la mécanique haussière depuis 15 H 45, à savoir… un chiffre totalement insignifiant et parfaitement conforme aux attentes publié aux États-Unis : le PMI manufacturier américain ressort à 54,1 contre 54 en septembre.

L’absence de tout influx positif ou négatif découlant de ce chiffre totalement neutre retentit comme un feu vert à la poursuite de la hausse purement algorithmique orchestrée depuis 9 H 05 ce matin. Une hausse a été programmée pour cette première séance de novembre : elle se déroule inexorablement et les mauvais chiffres asiatiques publiés ce matin (notamment en Chine) constituent la mauvaise nouvelle dont les indices boursiers avaient besoin pour repartir de l’avant. Car plus une mauvaise nouvelle, plus on est certains que les politiques monétaires seront accommodantes n’est-ce pas ?

Voilà, le ton est donné et Wall Street se nourrit plus que jamais de la déconfiture de Main Street, de Paris à Tokyo en passant par Pékin.

Mots clé : -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire