L’impossible équation de la Bourse et du cinéma 

Rédigé le 7 mars 2013 par | Mid et Small Caps Imprimer

Vous le savez, selon moi, cinéma et Bourse ne font pas bon ménage. Moi qui suis pourtant cinéphile, il me paraît extrêmement délicat de parier sur telle ou telle société cotée du septième art. Le problème c’est que, dans ce domaine, tout est trop aléatoire. Par exemple, qui aurait pu prévoir qu’Intouchables rencontrerait un tel succès ? Qui aurait pu penser qu’un film comme La Porte du Paradis ruinerait dans les années 1980 son réalisateur Michael Cimino ainsi que le studio United Artists ?

• Un secteur difficile à appréhender

En fait, plus qu’ailleurs, il est totalement impossible de faire des prévisions sur ce type d’activités. Les valeurs liées au cinéma sont si difficiles à analyser qu’il y a peu d’analystes en France spécialisés sur le secteur. Avez-vous lu beaucoup d’études financières sur Gaumont (FR0000034894) ? Moi pas…

Malgré tout, nous avons pu apprendre que, sur l’exercice 2012, le résultat net du groupe avait reculé de 20% l’an dernier à 21,2 millions d’euros. Les ventes, pour leur part, se sont contractées de 12% à 105,1 millions d’euros. Au total, il y a eu en 2012 6 millions d’entrée soutenues par des films vedettes comme Intouchables, Camille redouble ou encore Du vent dans mes mollets… Rien à voir avec 2011 et ses 22 millions d’entrées ! 16 millions d’entrées de différence… c’est juste énorme !

Sachant qu’en 2011 le bénéfice net avait augmenté de 116%, comment voulez-vous qu’un analyste s’y retrouve avec une telle volatilité ? C’est rigoureusement impossible… En effet, lorsque vous êtes analyste financier, vous réalisez des prévisions en fonction des chiffres que vous anticipez – c’est ce que l’on appelle, dans notre jargon, des guidances. Dans un secteur comme celui qui nous intéresse aujourd’hui, l’analyste doit faire face à un facteur totalement aléatoire : la subjectivité des téléspectateurs. Et croyez-moi c’est extrêmement difficile.

_____________________Pour vous aider dans vos investissements______________________

Quel est le secret partagé par tous les investisseurs les plus célèbres de l’Histoire ?

De John Templeton à John Rockefeller en passant par George Soros et Warren Buffett, découvrez l’un des secrets les mieux gardés de l’histoire de l’investissement…

… et rejoignez les rangs de ceux qui en profitent pour engranger des gains pouvant aller jusqu’à 300%, voire plus !

Tout est expliqué ici…

• Des parcours boursiers inintéressants

Mais ça n’est pas tout. L’action GAUMONT, par exemple, est assez illiquide et son parcours boursier, en recul de 16,20% sur 3 ans, est tout sauf intéressant. Pourtant, à y regarder de plus près et en tenant compte des mauvais résultats 2012, on ne peut pas dire que l’action soit chèrement payée. En effet, son PER 2012 ressort à 9 tandis que son price to book – c’est-à-dire la capitalisation rapportée à ses capitaux propres – n’est que de 0,7. Ce niveau, relativement bas, ne prend cependant pas compte la structure financière du groupe. D’ailleurs, tout peut varier tellement vite que personne ne s’y risque.

Cher lecteur, ne m’en voulez pas si je n’aborde pas la société Europacorp (FR0010490920) en profondeur. Mais, suite au succès rencontré par sa dernière augmentation de capital (23 millions d’euros levés), je pense en avoir déjà abondamment parlé sur le site. Je souligne toutefois que les caractéristiques du groupe sont, à peu de choses près, tout à fait similaires à celles de GAUMONT. Jugez par vous-même : un résultat net de 6,9 millions d’euros en 2007-2008 puis de 9,3 millions d’euros en 2007-2008. Des pertes sur 2009-2010 chiffrées à 9,8 millions d’euros et de 30,2 millions d’euros sur l’exercice suivant. On note toutefois un retour à l’équilibre sur l’exercice 2012. L’action, introduite en Bourse au début de l’été 2007 à 15,50 euros, ne vaut aujourd’hui plus que 3,32 euros. CQFD.

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire