Impact de la hausse du pétrole sur les compagnies aériennes

Rédigé le 12 janvier 2018 par | Matières Premières, Pétrole Imprimer

Parlons un peu du pétrole.

Le baril de Brent approche des 70$. Il affiche une progression de plus de 60% depuis début juillet (il cotait alors autour de 43$). On en parle finalement peu, mais cette hausse est énorme et risque d’impacter énormément de secteurs. Et notamment les compagnies aériennes.

Donc question : la valorisation actuelle de la plupart des compagnies aériennes a-t-elle intégré cette hausse du pétrole ? Faut-il anticiper une chute avec les prochaines publications de résultat qui, forcément, sur le T4, subiront cette hausse du pétrole ?

Jetons d’abord un œil à la situation du secteur européen Travel & Leisure. Ce compartiment regroupe à la fois des sociétés hôtelières (type Accor) mais surtout des compagnies aériennes.

STXE

Aïe. La situation graphique n’est pas bonne. En effet, le secteur est en train de buter sur une grosse zone de résistance horizontale, autour des 270 points. A l’image des configurations des gros noms du secteur type Lufthansa ou IAG, nous sommes en pleine zone de turbulence. Et Air France-KLM ne fait pas exception.

Air France-KLM : zone de turbulences !

Regardez la configuration d’Air France-KLM (FR0000031122).

AIR FRANCE KLM

Entre des divergences baissières apparues sur les indicateurs techniques journaliers et un cours sur ses sommets de 2017, j’ai personnellement décidé de shorter le titre mardi (NB : cela fait partie de mes conseils quotidiens pour vous aider à investir sur les marchés ; je vous offre ici 14 jours de conseils pour que vous puissiez essayer).

Désormais, le titre est sorti de son canal haussier de court terme, ce qui devient encore plus intéressant car un autre élément vient peser sur le titre : les taux.

Sur ce second point, la séance de mercredi a été marquée par une nouvelle poussée des rendements obligataires US. Selon Bloomberg, la Chine commencerait en effet à envisager de diminuer voire d’arrêter ses achats de d’obligations américaines. Conséquence « logique » de la normalisation de politique monétaire de la Fed. Jetons un oeil à la situation du Tbond (le 30 ans US) dont j’ai fait un article.

Donc si certains secteurs se trouvent en première ligne dans un environnement de remontée des taux (comme l’immobilier ou les utilities), d’autres risquent indirectement d’en subir les effets avec la dépréciation du billet vert.

Car si le dollar rechute, comme par rapport au yen ou par rapport à l’euro, (disons par exemple vers les 1,25/1,30$ cette année), cela risque de tirer l’ensemble des matières premières à la hausse. Pétrole en tête.

Or quid des bénéfices des compagnies aériennes si le Brent devait poursuite sa remontée vers les 100$ cette année ?

Décidémment, Air France-KLM me semble un très bon pari baissier pour ce début d’année, et je conserve cette vente à découvert en portefeuille !

Pas d'idées de trade ?

Mots clé : - - - - - - -

Mathieu Lebrun
Mathieu Lebrun
Rédacteur en Chef d'Agora Trading

Mathieu Lebrun est analyste financier. Il commence sa carrière chez Fortis Banque pour intégrer la table de négociations sur devises au sein de la salle des marchés du groupe Natexis Banques Populaires. En 2004, il intègre un cabinet de conseil sur produits dérivés en tant qu’analyste technique et obtient son diplôme d’Analyste Technique délivré par la STA (Society of Technical Analysis).

Depuis près de 10 ans, il s’est forgé une solide expérience sur les marchés financiers. En juin 2013, il décide de créer un service de trading simple et efficace : Agora Trading. Pour ses abonnés, il combine à merveille sa lecture des différentes classes d’actifs et leur corrélation pour en tirer le meilleur. Vous pouvez ainsi vous positionner en toute simplicité, en exploitant des outils de trading ultra-efficaces, les certificats Turbos.

En savoir plus sur Agora Trading.

Laissez un commentaire