L’immobilier commercial : les subprimes version bis ?

Rédigé le 16 décembre 2009 par | Autres indices Imprimer

Alors que les indices mondiaux peinent à trouver un directionnel clair en cette fin d’année, la faiblesse du secteur de l’immobilier commercial, aux Etats-Unis comme en Europe, pourrait bien constituer un signal avancé d’une prochaine faiblesse des marchés. Je m’explique. En effet, l’analyse de la cyclicité des secteurs permet de détecter des signaux précurseurs de formation de tendance.

Ainsi, depuis cet été, les secteurs cycliques tels que la construction ou l’industrie ont nettement surperformé le marché, tout comme à l’inverse, fin 2007, les valeurs de la banque ou de l’assurance avaient été les premières massacrées (« subprimes » oblige). Pourquoi alors ai-je décidé cette semaine de m’attarder sur le secteur de l’immobilier ? Eh bien parce que je crois qu’aujourd’hui un signal avancé nous est donné !

Tout d’abord un petit rappel des composants de l’Epra Index. Cet indice regroupe des valeurs foncières présentes sur le secteur de l’immobilier coté en Europe (principalement commercial). On y retrouve certains grands noms hexagonaux que vous devez connaître tels qu’Unibail-Rodamco ou Klépierre mais également, sur la scène internationale, des groupes tels que Land Securities ou encore Corio.

Oui, la sous-performance relative de l’indice est peu encourageante…

Comme le montre le graphique ci-dessous, le secteur du « Real Estate » fait beaucoup moins bien que le marché ces derniers jours. En effet, de manière plus générale, avant de nettement baisser en absolu, un secteur commence à sous-performer son indice de référence. C’est la situation dans laquelle l’Epra Index se trouve aujourd’hui avec la rupture du soutien horizontal (en pointillés) sur les 0,41. Cela s’interprète de la sorte : le secteur immobilier progresse moins que le Stoxx 600 dans les phases de hausse mais amplifie les mouvements à la baisse.

Graphique du Real Estate

Mais dans l’absolu, l’analyse est également baissière

D’un point de vue graphique, l’indice Ftse Epra n’est pas parvenu à rebondir sur sa ligne de tendance ascendante de moyen terme.

A court terme, l’indécision domine depuis plusieurs séances avec la formation d’un canal (range) doté d’une pente légèrement ascendante (en pointillés). En ce qui concerne les indicateurs techniques journaliers, l’indicateur de tendance MACD est récemment passé en territoire négatif. Attention donc. Tant que les 1 260 points ne sont pas franchis, le risque qu’une rupture des 1 190 points se produise est important. Dans le cas d’une cassure, une accélération baissière serait à prévoir vers la cible théorique de Fibonacci sur les 1 070 points (projection de 100% de la hauteur du range). Une extension vers les 1 025 points (soutien en retracement) n’est pas à exclure ensuite.

Graphique du Real Estate

Une conclusion claire : gare à l’immobilier !

Dans cette étude, par souci de proximité, je m’attarde sur le segment européen. Mais, la situation graphique de cet indice outre-Atlantique n’est guère plus encourageante, au contraire.

Aussi, alors que les faillites d’établissements bancaires de taille moyenne continuent de se répandre aux Etats-Unis (AmTrust Bank par exemple au début du mois), et tandis qu’en Europe on apprend ce lundi la nationalisation de la sixième banque autrichienne (Hypo Group Alpe Adria HGAA), le scepticisme est de plus en plus de rigueur. Je rappellerai pour finir que, comme pour les crédits subprimes, les prêts immobiliers commerciaux ont été titrisés selon le même procédé ! Qui plus est, aux dires de certains experts, les montants engagés ici seraient bien supérieurs à l’ardoise subprimes déjà connue… Même causes, même conséquences ?

Mots clé : - - -

Mathieu Lebrun
Mathieu Lebrun
Rédacteur en Chef d'Agora Trading

Mathieu Lebrun est analyste financier. Il commence sa carrière chez Fortis Banque pour intégrer la table de négociations sur devises au sein de la salle des marchés du groupe Natexis Banques Populaires. En 2004, il intègre un cabinet de conseil sur produits dérivés en tant qu’analyste technique et obtient son diplôme d’Analyste Technique délivré par la STA (Society of Technical Analysis).

Depuis près de 10 ans, il s’est forgé une solide expérience sur les marchés financiers. En juin 2013, il décide de créer un service de trading simple et efficace : Agora Trading. Pour ses abonnés, il combine à merveille sa lecture des différentes classes d’actifs et leur corrélation pour en tirer le meilleur. Vous pouvez ainsi vous positionner en toute simplicité, en exploitant des outils de trading ultra-efficaces, les certificats Turbos.

En savoir plus sur Agora Trading.

Laissez un commentaire