Introduction à Ichimoku, indicateur de tendance

Rédigé le 24 avril 2013 par | Apprendre la Bourse, Big caps Imprimer

J’aimerais vous présenter aujourd’hui un indicateur technique de plus en plus utilisé par les professionnels comme par le grand public : Ichimoku, ou Ichimoku Kinko Hyo. On pourrait traduire ce terme japonais par « voir l’équilibre de la courbe en un coup d’oeil ». Un programme intéressant pour l’analyste… avec tout de même un inconvénient : cet indicateur n’est pas présent sur tous les logiciels ou chez tous les courtiers.

En ce qui me concerne, ce n’est pas forcément mon indicateur préféré et je ne l’utilise pas tous les jours. Pour autant, s’il est de plus en plus utilisé, c’est bien parce qu’il permet de voir plusieurs choses d’un seul coup d’oeil et qu’il est quasiment un système de trading à lui tout seul.

Il a été élaboré en 1969 par le journaliste japonais Goichi Hosoda. Il est intéressant de noter que Charles Dow, le fondateur de la théorie de Dow et du Dow Jones, était également journaliste et un des pères de l’analyse technique. Décidément, les journalistes apportent souvent beaucoup à l’analyse technique par leur vision et leur goût pour la recherche…

Mais revenons-en à Ichimoku. Son principe de base est qu’il définit un support et une résistance de façon « mobile », la direction de la tendance, le momentum et nous donne des signaux d’achat et de vente… et tout cela avec un seul indicateur ! Il est relativement complexe au premier abord : il convient donc de le décortiquer un peu pour mieux le comprendre.

Voyons d’abord les indicateurs L’indicateur Ichimoku est composé de cinq courbes, que je vous présente selon le réglage classique 9/26/52 :

– Le Tenkan-sen, appelé aussi conversion line en anglais, est la moyenne mobile du plus haut et du plus bas des 9 dernières périodes, par exemple des 9 derniers jours. – Le Kijun-sen, appelé aussi base line en anglais, est la moyenne mobile du plus bas et du plus haut des 26 dernières périodes, soit environ un mois quand nous sommes en journalier, période la plus utilisé pour faire du swing trading avec l’indicateur. – Le Chikou-Span ou lagging span, dernier prix de clôture projeté 26 périodes en arrière. – Le Senkou-Span A, moyenne du Tenkan et du Kijun, projeté à 26 périodes en avant. – Le Senkou-Span B, moyenne du plus bas et du plus haut des 52 dernières périodes, projeté à 26 périodes en avant.

Le nuage Ces deux dernières courbes forment le nuage. C’est le plus important dans l’Ichimoku, qui est un indicateur de tendance. L’idée est d’utiliser des croisements de moyenne mobile — mais de façon un peu plus précise. La tendance est positive quand on est au-dessus du nuage et négative lorsque l’on est au-dessous.

Qui plus est, la couleur du nuage a aussi son importance. La tendance est renforcée quand le nuage est vert, c’est-à-dire si le Senkou-span A est supérieur au Senkou-Span B. Lorsque c’est l’inverse, le nuage est rouge — et cela affaiblit la tendance. (Nous verrons un exemple ci-dessous).

Enfin, les deux premières courbes nous donnent également des signaux d’achat ou de vente quand elles se croisent. Ainsi, par exemple, si le Kijun croise le Tenkan vers le haut, c’est un signal d’achat. Autre exemple : si les prix sont au-dessus du Kijun, cela permet de voir que le momentum d’une tendance haussière est fort.

Un graphique illustrant tout cela Voyons tout de suite cela avec un exemple sur l’action DISNEY (DIS) :

ichi-6-disstandbul.png

Sur ce graphique en bar-chart, l’action est clairement en tendance haussière. En Ichimoku, le titre est passé au-dessus du nuage depuis fin juillet. Ensuite, à partir de septembre, les deux replis proches du nuage nous donnent deux points d’achat intéressant. Pour ceux qui veulent suivre la tendance en place, le nuage devient un support, à la manière d’une moyenne mobile.

Lors des deux appuis sur les flèches roses matérialisées ci-dessus, on peut donc se positionner à l’achat, avec un stop sous le nuage par exemple, voire sous les plus bas de juillet. Le nuage est vert : cela montre que nous sommes dans une tendance forte, ce qui renforce la conviction sur celle-ci lors de la prise de position.

Intérêt et limites Ichimoku est un bon indicateur de suivi de tendance, un peu plus fin qu’une moyenne mobile — c’est pourquoi il est de plus en plus utilisé par les analystes professionnels comme par les particuliers.

Pour autant, ce n’est pas le Graal que certains voient ; c’est un indicateur de suivi de tendance assez efficace, mais rien de plus. Quand il n’y a pas de tendance forte, dans des ranges ou des consolidations ou rebonds, l’indicateur ne donne pas de signaux marquants, à la manière des moyennes mobiles, et n’est pas le plus adapté.

Il peut être intéressant en swing trading ou pour des tendances à moyen terme quand on l’exploite en journalier, mais un peu moins pour le court terme ou le très court terme à mon avis, où l’on préférera les indicateurs de contre-tendance notamment. Je vous recommande donc de l’utiliser en complément d’autres indicateurs, de l’analyse graphique classique ou des vagues d’Elliott.

Mots clé : - -

Sebastien Duhamel
Sebastien Duhamel

2 commentaires pour “Introduction à Ichimoku, indicateur de tendance”

  1. Bonjour. contrairement à ce que vous dites ichimoku est très bon pour le court terme aussi. redoutable pour le scalping . vous n avez pas saisi toutes les subtilités du système. excellent pour trader les rebond et pullbacks aussi
    cordialement
    cypressat

  2. Bonjour
    Je ne sais pas si vous avez pratiqué l’Ichimoku assez longtemps avant d’écrire votre article. cypressat dont le site est en tête de recherche, vous montrera que lui gagne le plus en range bien qu’il trade les tendances aussi.
    Khalid El Bouzidi a écrit deux livre où il va encore plus loin dans les recherches sur l’utilisation d’Ichimoku. J’y ai trouvé une technique, les katanas, qui me permet de faire de très bons trades dépassant vos explications qui sont parfaites, mais basiques. Ichimoku se suffit à lui même, on peut néanmoins lui ajouter son indicateur préféré si ça aide;

Laissez un commentaire