Hausse, hausse, hausse…

Rédigé le 19 mars 2012 par | Biotechs et Medtechs, Mid et Small Caps Imprimer

Invariablement les séances de hausse se sont enchaînées à la Bourse de Paris : cinq séances dans le vert pour le CAC 40 pour une progression hebdomadaire de 3%. L’indice CAC Small s’adjuge 2,1% et le CAC Mid and Small 90 prend 2,5%.

Bien sûr, nos deux indices petites et moyennes valeurs sont toujours devant le CAC 40 depuis le début de l’année : ils progressent d’environ 18,5%, soit 5 points de mieux que le CAC. Oui, vous avez bien lu : plus de 18% en même pas trois mois. Inutile de vous redire qu’une correction serait salutaire. Je ne reviendrai pas sur cette surperformance due essentiellement à un rattrapage eu égard à une fin d’année difficile pour nos petites pépites ; je vous ai également déjà parlé des raisons (ou pseudo-raisons) qui tirent la hausse de ces marchés.

Par contre, je reviendrai rapidement sur ce qui est pour moi l’événement de cette semaine. C’est du côté du marché obligataire qu’il faut regarder. Oui, je m’éloigne un peu des small caps, mais nous avons eu une très nette tension des taux allemands à 10 ans : le fameux Bund est passé en une semaine d’un taux de 1,78% à 2,05%… La raison de cette hausse ? Les investisseurs considèrent que rester investi sur de l’obligataire allemand qui ne rapporte rien n’a aucun sens dans la mesure où les actions ne cessent de progresser. C’est ce que l’on appelle un deflight to quality en opposition au flight to quality qui voit l’argent de déplacer des actions vers les obligations en cas de grave crise boursière. En deux mots : la hausse des taux témoigne d’un optimisme sur les marchés actions.

Du coup, je suis ennuyé. Tenez : vous savez que j’ai lancé, début mars, le Beta Test de mon service pour jouer les small caps à court terme. Bon. Que faire ? J’ai vraiment du mal à recommander des achats à ces niveaux, et en même temps, j’ai détecté certains coups à jouer qui peuvent être intéressants d’ici quelques semaines. Sauf que je serai quand même beaucoup plus à l’aise et serein si le marché avait 300 points de moins. Mais jusqu’à présent, les achats continuent de payer. Je reste donc ultra-sélectif, et prudent.

Si vous avez des titres en portefeuille : pensez peut-être à prendre la moitié de vos bénéfices pour encaisser une partie de votre plus-value. Si vous voulez entrer sur le marché… redoublez de prudence et de rigueur pour choisir vos titres. Ou bien, jouez, faites des allers-retours à court ou très court terme (c’est ce que nous allons faire d’ailleurs dans mon Club Small Caps).

Mais je continue à penser qu’il y aura de bien meilleures opportunités pour entrer sur des dossiers. Soyez patients !

Du mouvement sur les small caps

Bon revenons plus précisément sur nos small caps. Les publications ont continué sur la semaine avec des fortunes diverses pour les sociétés.

Ainsi ARCHOS (FR0000182479) a perdu 3,2% sur la semaine en dépit de résultats nettement à la hausse. En gros, les marchés ont vendu la nouvelle, comme cela arrive très souvent. Et comme je vous le disais alors, il reste des incertitudes suite à la nouvelle baisse de sa marge* brute autour des 20%. L’action se paye sur une VE/EBIT de 11, ce qui n’est pas donné aux cours actuels. Il faudra suivre le début d’année du spécialiste français confronté notamment au lancement du nouvel Ipad et à un développement exponentiel qu’il faudra financer. L’analyse technique anticipe aussi une consolidation du titre sur les 8,00/7,10 euros.

Après un temps de pause, la spéculation a repris sur ST DUPONT (FR0000054199) avec une hausse hebdomadaire de 8,9% et un très net gonflement des volumes.

Citons également parmi les vedettes de la semaine JACQUET METAL (FR0000033904) (+17,2%) dont les résultats sont meilleurs qu’attendus ou encore NICOX (FR0000074130) (+66%) qui flambe après le succès d’une étude clinique sur le glaucome. Elias Roth, notre spécialiste des biotech et du secteur Pharma, se penchera d’ailleurs sur le dossier la semaine prochaine pour tirer tout cela au clair. D’ailleurs vous, vous en pensez-quoi de Nicox ? Laissez-nous vos commentaires sur le titre.

Que peut-on attendre pour le mois qui vient ?

Nous allons entrer dans les six semaines qui viennent dans la période de publication des résultats annuels. Parmi les publications de la semaine prochaine figurent notamment EVOLIS, AUDIKA, LINEDATA, GROUPE OPEN, OSIATIS, KEYRUS, AUSY ou encore HI MEDIA (je vous laisse voir sur le site les dernières news à leur sujet).

J’ai d’ailleurs la semaine prochaine de une à deux rencontres sociétés par jour, que je vous ferai vivre sur le site. Je vais rencontrer notamment le P-DG de GOLD BY GOLD (FR0011208693) un spécialiste dans la collecte et le recyclage de vieil or auprès des particuliers. La société va s’introduire en Bourse, et souhaite lever entre 3,8 et 4,3 millions d’euros. Son P-DG, Patrick Schein, que je connais bien depuis l’introduction en Bourse d’AUPLATA, sera sans langue de bois avec moi. Du moins, je l’espère.

Pour rester dans les introductions, il faudra suivre de très près celle de DBV (FR0010417345) un spécialiste dans le traitement de l’allergie alimentaire au moyen de patchs. Le FSI s’est d’ores et déjà engagé à souscrire pour 23 millions d’euros soit plus de 50% du montant à lever… Un beau dossier en apparence, que je vais étudier de près car la souscription se termine le 27 mars prochain.

______________________

MESSAGE DE JEAN CHABRU

« La Banque de France, dans ses dernières études, observe que les conditions d’accès au crédit se resserrent pour les entreprises ; les banques commerciales ont même signalé une baisse de la demande de prêts. Cette situation laisse craindre des problèmes de refinancement pour les entreprises en 2012. Les plans de rigueurs, nécessaires pour assainir les finances publiques, risquent d’étouffer la croissance. Les prévisions de croissance sont d’ailleurs régulièrement revues à la baisse. Le Fonds monétaire international (FMI) anticipe ni plus ni moins une récession de 0,5% pour la Zone euro en 2012. (…)

Les entreprises gèrent souvent mieux leur cash que les dispendieux gouvernements d’Europe ou de certains pays comme les Etats-Unis ou le Japon.

C’est, de mon point de vue, l’un des principaux enseignements de la crise. Les sociétés sont, dans bien des cas, devenues des supports d’investissement plus sûrs que les Etats. Depuis 2008, la préservation ou la génération du cash sont devenues des priorités, surveillées comme le lait sur le feu par les directeurs financiers.

Cela dit, il me semble évident de privilégier les sociétés disposant d’une structure financière solide leur permettant de financer leur croissance interne et externe sans recours à l’emprunt. Ce sont ces boites dont le cash est supérieur à la dette (= trésorerie nette positive) qui verseront avec plus de facilité des dividendes à leurs actionnaires. Nous laissons donc de côté les sociétés fortement endettées qui risquent d’être pénalisées dans le financement de leur croissance et de faire face à d’éventuels problèmes de refinancement avec un risque de dilution pour l’actionnaire. Sans parler de gel de rémunération des actionnaires… »

Jean a choisi 5 valeurs « anti-crises des dettes souveraines » pour sécuriser le portefeuille small caps de ses abonnés.

Pour recevoir le dossier sur ces cinq titres, il vous suffit de vous inscrire et vous recevrez ce dossier sans tarder.

* Décryptage : marge
Correspond à la différence entre le prix d’achat et le prix de vente d’un bien ou d’un service.

Mots clé : - - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

2 commentaires pour “Hausse, hausse, hausse…”

  1. […] fallait en fait un prétexte aux investisseurs pour consolider. A 3 600 points, je vous disais alors que l’heure était aux prises de bénéfice. J’anticipais alors un repli sur les 3 300. Nous y sommes. Désormais, sur ces niveaux de […]

  2. […] fallait en fait un prétexte aux investisseurs pour consolider. A 3 600 points, je vous disais alors que l’heure était aux prises de bénéfice. J’anticipais alors un repli sur les 3 300. Nous y sommes. Désormais, sur ces niveaux de […]

Laissez un commentaire