Tout ce que la « hausse funiculaire » de Faurecia met en évidence…

Rédigé le 14 septembre 2017 par | Actions Imprimer

FaureciaFaurecia (FR0000121147 – EA) enchaîne 9 records absolus en 11 séances et inscrit un zénith (provisoire) à 54,44€. Le titre a en fait battu un record pratiquement à chaque séance depuis le 1er septembre, après avoir rebondi sur 48€ le 29 août.

C’est un parcours presque sans faute pour Faurecia : 10 séances de hausse sur 12, aucun repli supérieur à 0,3% lors des 2 séances de « consolidation »… Voilà un parfait exemple de « hausse funiculaire » orchestrée par des programmes d’achats algorithmiques.

Et il nous fournit également l’illustration de « l’effet de dissuasion » engendré par l’irruption d’un « robot bulldozer ». Tout le monde s’enfuit de sa trajectoire comme le prouve la baisse des volumes moyens depuis que le titre progresse inexorablement. Les échanges étaient beaucoup nourris durant toute la phase de stagnation entre 45 et 48€. Depuis le débordement des 49€, les vendeurs se sont évaporés, c’est un marché sans contrepartie.

Pour avoir plus d’analyses sur Faurecia, cliquez ici

Mots clé : -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Un commentaire pour “Tout ce que la « hausse funiculaire » de Faurecia met en évidence…”

  1. bonjour, je suis bien d’accord avec vous mais comment voulez vous que ça baisse alors que les banques centrales inondent les marchés, vous êtes à la baisse des marchés américains depuis des mois force est de raison que vous avez tort, je ne vois vraiment pourquoi il baisserait.
    J’aime lire vos chroniques, vos analyses mais la nouvelle finance ne le voit pas comme vous et ça monte inexorablement.
    bonne journée

Laissez un commentaire