Le bénéfice de Goldman Sachs en chute de 36 %

Rédigé le 15 octobre 2015 par | Big caps, Toutes les analyses Imprimer

Le plus grand hedge fund du monde – la banque Goldman Sachs (NYSE: GS) – vient de dévoiler des trimestriels décevant à tous les niveaux avec un bénéfice en baisse de 36% à 1,43 Md$, soit 2,90$ de bénéfice par action contre les  3,1$ anticipés.

Le chiffre d’affaire ressort également en baisse de 18% à 6,86 Mds$ contre plus de 7 Mds$ attendu, suite à la chute de ses revenus générés par les activités de trading sur les actions et produits de taux.

« GS » est, selon son PDG Lloyd Blankfein, « victime du déclin des prix des actifs sous l’impact de la remontée des inquiétudes concernant la croissance économique mondiale ».

Il est peu probable que Goldman Sachs ait perdu de l’argent sur les marchés (avec ses super-logiciels de trading haute fréquence) mais les recettes – et notamment les commissions sur les transactions – baissent proportionnellement à la valeur globale du sous-jacent.

Et cela risque d’être encore le cas au cours des prochains mois si, comme Goldman Sachs le prédit depuis peu, la hausse du PIB US ralentit à 1,6% d’ici la fin 2015.

La poussée des pressions déflationnistes se confirme par ailleurs avec le recul de 0,2% de l’inflation (CPI) en septembre dans le sillage de l’énergie et des matières premières… et la hausse des prix – hors variables volatiles – s’avère très faible (+0,2%) et semble s’éloigner inexorablement des objectifs de la FED.

« GS » a certainement sa « petite idée » sur la façon dont les marchés vont accueillir le revirement de la FED en cas de report sine die de la normalisation de la politique monétaire (ce que Goldman recommande pourtant)… ou une hausse « malgré tout » des taux, à contre courant de la conjoncture et au pire moment de l’année.

Mots clé : -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire