Grèce : le très récent gouvernement empêche la privatisation du port du Pirée

Rédigé le 28 janvier 2015 par | Toutes les analyses Imprimer

L’une des premières décisions d’Aléxis Tsipras a été de bloquer la privatisation du port du Pirée et de Thessalonique. Alors certes, c’était dans le programme électoral de Syriza, mais bon, les élections sont terminées : il faut reprendre ses esprits.

Le port du Pirée

L’argent, c’est quelque chose de sérieux et les promesses sont faites pour ne pas être tenues !

C’était bien la peine que les millionnaires grecs s’arrangent pour ne pas payer d’impôt, pour planquer leur argent en Suisse et voir leur fortune illégale prendre +20% le 15 janvier avec l’abandon par la BNS de la parité fixe avec l’Euro si c’est pour se voir refuser le rachat des actifs de l’État grec bradés sous la houlette de la Troïka.

C’est un très mauvais signal envoyé aux marchés, non ?

Mots clé : - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire