Wall Street se fout de la Grèce ! (pour le moment)

Rédigé le 3 mai 2010 par | Autres indices Imprimer

Sébastien Duhamel est responsable analyste de @Turbos Trader, un service de trading ultra-réactif sur produits dérivés

Les inquiétudes sur la Grèce ont à nouveau envahi nos écrans. La semaine dernière, la note de la dette grecque a été dégradée par Standard&Poor’s au rang de « junk bond », d’obligation pourrie, la pire note possible. En même temps, cela ne peut pas être pire pour la Grèce ; du coup, une fois l’annonce passée, la Bourse d’Athènes se reprend nettement…

Pourtant, alors que le CAC40 et les Bourses européennes ont perdu près de 8% en trois jours, de l’autre côté de l’Atlantique, le Dow Jones, quasi imperturbable, n’a perdu que 2 petits pourcents, après avoir pris le soin d’inscrire un nouveau plus haut annuel en séance. Rien ! De la pacotille comparée au choc de Lehman Brothers, aux séances de correction de 2000, ou à celles du début de la crise des subprime — où le DJIA avait perdu 500 points en l’espace d’une seule séance.

Le Dow Jones fait bande à part

Il me paraît donc important de prendre du recul et de visualiser les points importants à surveiller sur le Dow Jones dans les prochaines semaines, avec ce graphique ci-dessous en données journalières. Jusqu’à preuve du contraire, ce sont en effet toujours les marchés américains qui sont les marchés directeurs en ce bas monde, et tout le barnum autour de la Grèce ne doit pas nous le faire oublier.

Points importants à surveiller sur le Dow Jones

Ce qui nous frappe tout de suite, c’est que contrairement à ses homologues européens (à la rare exception notable du Dax), le Dow tient solidement au-dessus de sa droite de tendance ascendante sur laquelle il s’était appuyé en février dernier. De quoi relativiser pour le moment la sous-performance très importante de nos places européennes, quand on sait par exemple que l’Espagne teste déjà ses supports de février dernier.

Pour revenir au Dow Jones, cette droite de tendance se situe à un peu plus de 10 900 points. Il a pris appui ces derniers jours proche de cette zone, au niveau du support horizontal des 10 955 points, ancien point haut de mars, sur lequel il s’était déjà repris après l’annonce de la fraude de Goldman Sachs le 16 avril. Le CAC clôturait ce jour là à 3 986 points, ce qui nous montre bien que l’indice parisien a corrigé depuis sans Wall Street, qui se maintient au-dessus de ce niveau.

Un potentiel limité

Ce support à court terme sera donc particulièrement important à surveiller dans les prochains jours, car si les signes de faiblesse sont apparus sur certaines places européennes, ils ne sont pas pour le moment confirmés outre-Atlantique, sur les indices à court comme à moyen terme.

C’est ce que nous confirment d’ailleurs les indicateurs mathématiques, et notamment le momentum sur notre graphique, qui reste au-dessus d’un support horizontal et du niveau du 0. La dynamique positive semble donc pour l’instant intacte à court terme, avec une force impressionnante vu de notre faible Europe.

A court terme, seule une nette cassure des 10 900 points donnerait donc lieu à une correction significative avec comme premier objectif les points bas de février à 9 835 points. Mais pour le moment, tant que nous nous maintenons au-dessus de ce support, les indices américains pourraient encore faire de nouveaux plus hauts à court terme pendant que l’Europe rebondirait.

La prochaine résistance majeure sur le Dow se situe à 11 635 points, ancien plus bas de janvier 2008. Le potentiel semble donc limité et nous pourrions nettement buter contre ce niveau.

A n’en pas douter, il faudra donc encore une fois surveiller les marchés américains, qui donneront le LA de la véritable correction à moyen terme. D’ici là, les indices européens de la zone périphérique que devient malheureusement l’Europe pour l’investisseur pourraient à nouveau tester leurs zones de résistance, mais sans forcément faire de nouveaux plus hauts, en attendant le « boss ».

Mots clé : - -

Sebastien Duhamel
Sebastien Duhamel

Un commentaire pour “Wall Street se fout de la Grèce ! (pour le moment)”

  1. […] points en début de semaine dernière, l'indice a finalement cassé le support des 10 900 points dont je vous parlais la semaine dernière. Et jeudi, au cours d'une seule et même séance, il est passé des 10 900 à 9 869 points, […]

Laissez un commentaire