Goldman Sachs à la manoeuvre…

Rédigé le 10 janvier 2014 par | Analyses indices, Apprendre la Bourse, Autres indices, Big caps, Mid et Small Caps Imprimer

Cela ne vous aura pas échappé. Mon collègue Philippe Béchade vient de lancer en fin d’année une nouvelle lettre d’information financière. Dans celle-ci, Goldman Sachs est en première ligne. Et c’est justement sur cette institution que j’ai choisi de m’attarder un instant en ce début d’année…      

Objectivement, la célèbre banque d’affaires américaine n’est pas connue pour être des plus transparentes vis-à-vis des clients. Philippe vous détaillera probablement mieux que moi toutes leurs affaires un peu « étranges ». Mais c’est vrai qu’entre la nomination de Mario Draghi (un ancien de Goldman) à la tête de la BCE ou encore la « double casquette » de la banque lors de l’entrée de la Grèce en zone euro au début des années 2000 (alors qu’elle était mandatée par le gouvernement hellène pour « travailler » à l’entrée du pays en zone euro, Goldman était simultanément exposée à la baisse sur la dette grecque via l’achat de CDS), les cadavres dans le placard ne manquent pas…

Dans cette lignée, un exemple a attiré mon attention. Le cas de Solocal Group (FR0010096354). Si je vous parle de cette valeur, c’est en raison de son lien avec Goldman Sachs. En effet, la banque d’affaires américaine est un des anciens actionnaires de référence de l’ex-PagesJaunes. On sait qu’encore aujourd’hui la participation détenue par la banque américaine est composée en partie d’instruments dérivés dénouables en numéraire (ce qui conduit à des achats ou ventes de titres). Or, je trouve toujours assez cocasse de constater la teneur de certains communiquées relatifs à l’évolution de ladite participation.

Regardez. Le 3 janvier on apprenait que Goldman Sachs dégradait son conseil à « vendre » sur la valeur. En gros l’argumentaire de la banque d’affaires est de dire qu’une augmentation de capital, dilutive, semble inévitable. Pourquoi pas. Car c’est vrai que la situation de la société n’est pas des plus aisées en ce début d’année. Ce qui m’a toutefois fait sourire, c’est que justement Goldman a fait l’inverse en se renforçant au capital de Solocal Group en début d’année. Toujours marrant à lire, non ?

Alors attention, ne vous méprenez pas cher lecteur. Ce sont surtout les arbitrages et débouclements d’options détenues par Goldman qui conduisent à ces mouvements au capital de Solocal Group sous ou au-dessus des fameux 5% (seuil à partir duquel l’AMF doit en être informée). Mais c’est vrai que, compte tenu de la réputation qui précède Goldman Sachs, quand je lis ce genre de brèves, je ne peux m’empêcher de sourire… et, bien entendu, j’avais envie de partager cela avec vous.

Mots clé : - - -

Mathieu Lebrun
Mathieu Lebrun
Rédacteur en Chef d'Agora Trading

Mathieu Lebrun est analyste financier. Il commence sa carrière chez Fortis Banque pour intégrer la table de négociations sur devises au sein de la salle des marchés du groupe Natexis Banques Populaires. En 2004, il intègre un cabinet de conseil sur produits dérivés en tant qu’analyste technique et obtient son diplôme d’Analyste Technique délivré par la STA (Society of Technical Analysis).

Depuis près de 10 ans, il s’est forgé une solide expérience sur les marchés financiers. En juin 2013, il décide de créer un service de trading simple et efficace : Agora Trading. Pour ses abonnés, il combine à merveille sa lecture des différentes classes d’actifs et leur corrélation pour en tirer le meilleur. Vous pouvez ainsi vous positionner en toute simplicité, en exploitant des outils de trading ultra-efficaces, les certificats Turbos.

En savoir plus sur Agora Trading.

Laissez un commentaire