Inscrivez-vous gratuitement à La Bourse au quotidien


Goldman Sachs lance une mise en garde sur les actions

Rédigé le 20 mai 2016 par | Indices, sociétés et marchés, Parole aux patrons, Toutes les analyses, Toutes les coulisses d'entreprises Imprimer

Parmi les arguments invoqués par Goldman Sachs pour sous-pondérer ses portefeuilles en action dans une optique de 3 à 12 mois, il y a le risque de ralentissement chinois, les incertitudes politiques en Europe et… la remontée du dollar.

Goldman Sachs lance une mise en garde sur les actions… destinée surtout aux vendeurs sur le dollar.

Nous savons tous que le pari massif du retour du Dollar à parité avec l’Euro constitue le principal foyer de pertes des hedge funds cette année.

Parti de 1,0540 début décembre, l’euro a repris plus de +10% en moins de 6 mois, se hissant jusque vers 1,16 début mai… (scénario que Jim Rickards avait anticipé avec l‘Accord de Shanghai) mais la mécanique pourrait bientôt s’inverser selon GS.

La chute symétrique du dollar face aux principales devises planétaires proviendrait d’une mauvaise anticipation de la trajectoire monétaire aux Etats-Unis : la lecture en a été rendue « compliquée » par la Fed qui semble avoir adopté un discours plus colombe en février pour limiter l’appréciation du dollar, alors que la BCE s’apprêtait à sortir le grand jeu le 10 mars (ce qui a eu l’effet inverse de celui anticipé puisque le Dollar a accéléré sa glissade sous 1,10€).

Mais plus la Fed donne des gages à ceux qui parient sur le statu quo jusqu’à fin 2016, plus elle retarde l’échéance d’une hausse de taux (à chaque fois pour une bonne raison comme on l’a vu en 2015), plus cela augmente le risque d’un choc.

Voilà ce que les marchés semblent négliger, et ce qui leur pend au nez, si la Fed presse le pas au second semestre de peur d’être débordée par l’inflation.

Goldman Sachs redoute alors que « les actions et les obligations puissent connaître un mouvement de ventes massives ».

Et d’ajouter : « ce n’est qu’une hypothèse, pas un scénario ».

Mais vous souvenez-vous à quand remonte le scénario d’une Fed contredisant les « avis » de Goldman Sachs ?

Internet n’existait pas encore à l’époque !

Mots clé : - - - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la lettre Pitbull

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter 

Laissez un commentaire