GOLDMAN SACHS et les bancaires à bout de souffle ?

Rédigé le 24 octobre 2012 par | Apprendre la Bourse Imprimer

Mardi dernier, GOLDMAN SACHS (GS – NYSE) dévoilait ses résultats trimestriels. Ils sont bons, c’est indéniable, avec un bénéfice de 1,51 milliards de dollars pour ce troisième trimestre, là où la société enregistrait une perte l’année dernière. Un acompte sur dividende de 0,50$ a également été annoncé. Pourtant, comme pour d’autres sociétés américaines, l’amélioration des résultats avait déjà été anticipé par la Bourse, avec une envolée de près de 40% du titre depuis juin. Ces bons chiffres sont donc déjà dans les cours.

Toute le problème est donc de savoir si les perspectives pour les prochains mois sont tout aussi encourageantes ou si une correction n’est pas nécessaire pour revenir à des niveaux plus en phase avec la réalité économique. Car si GOLDMAN SACHS est intéressant à suivre — tout comme le secteur bancaire américain dans son ensemble d’ailleurs — c’est bien parce qu’il est l’un des centres nerveux de la finance mondiale et nous donne des indications sur le marché, à court comme à moyen termes.

__________________Pour vous aider dans vos trades__________________

Indiquez ce code à votre courtier et multipliez vos profits boursiers par 7 !
5 petits chiffres indiqués à votre courtier peuvent faire toutes la différence pour transformer le moindre mouvement de cours en profits potentiels à deux ou trois chiffres… que les marchés soient à la hausse ou à la baisse.

Ce « Code Profits » a déjà rapporté des gains à deux chiffres : tout est expliqué ici — pourquoi attendre pour faire passer votre portefeuille à la vitesse supérieure ?

__________________

Malgré un fort rebond, la tendance reste baissière
Prenons un peu de recul pour voir dans quelle tendance globale GS évolue, avec ce graphique hebdomadaire :

Graphique de Goldman Sachs
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

A moyen terme, le secteur financier est profondément déprimé et malgré son statut de leader, GS n’échappe pas à la tendance baissière. Le titre reste sous une oblique baissière depuis les plus hauts de 2007 et reflue nettement à chaque fois qu’il revient au contact de celle-ci. C’est notamment ce qui s’est passé en 2011 et ce qui risque d’arriver dans les prochaines semaines. Cette oblique contient les cours sous les 135$ et tant que nous restons sous ce niveau, la configuration reste négative.

Sur les indicateurs mathématiques, le RSI à 14 jours revient là aussi proche d’une forte zone de résistance hebdomadaire dans les 74 et manque déjà de souffle…

Quels objectifs ?
Zoomons un peu pour avoir le détail des mouvements et nous fixer des objectifs.

Graphique de Goldman Sachs
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

En journaliser, la situation du RSI est encore plus intéressante. En effet, l’indicateur a cassé une oblique ascendante qui le soutenait lors du rebond et revient buter contre celle-ci en pullback.

Sur les prix, en plus de la zone de résistance des 134/135$ dont nous venons de parler, nous nous rapprochons également d’une résistance horizontale très claire correspondant aux plus hauts de mars dernier à 128$.

Cette concordance de faisceau dans cette zone renforce donc l’obstacle et la probabilité d’un échec à dépasser cette zone à court terme, au moins dans un premier temps. L’idée sera donc de vendre pour viser une correction vers les 107$, qui permettrait de retracer 50% du récent rebond. Si ce niveau devait ensuite céder, la voie serait ouverte vers un saut de l’ange en direction des 90$, dans une correction qui serait alors semblable dans son ampleur à celle de mars à mai dernier.

Plus largement, cela nous montre que les bancaires et les marchés américains sont à bout de souffle et qu’une correction paraît de plus en plus inévitable — peut-être juste après la présidentielle américaine ? La volatilité risque d’augmenter, et le timing sera parfait pour la jouer avec des turbos.

Mots clé : - -

Sebastien Duhamel
Sebastien Duhamel

Laissez un commentaire