Giovanni Tria joue les pompiers, mais l'incendie Target II est incontrôlable | La Bourse au Quotidien


Giovanni Tria joue les pompiers de service, mais l’incendie Target II demeure hors de contrôle

Rédigé le 11 juin 2018 par | Analyses indices, Europe, Indices, sociétés et marchés Imprimer

Tirelire perçée aux couleurs drapeau italien

Il y avait le feu sur le marché obligataire italien vendredi et le nouveau ministre italien de l’Economie Giovanni Tria a certainement dû entendre le téléphone rouge de la BCE sonner avec insistance dans son bureau.

Avec des taux courts (maturité 2 ans) qui ont triplé en une poignée de séance (de 0,6% à 1,8%) et un BTP 10 ans qui a grimpé à 3,13%, il était temps d’éteindre l’incendie.

Giovanni tria a donc endossé son plus bel habit de pompier et s’est voulu clair dans les colonnes du Corriere Della Sera dimanche. « La position de ce gouvernement est claire et unanime : il n’y a aucune discussion sur une quelconque proposition de quitter l’euro », a-t-il ainsi assuré dans les colonnes du quotidien transalpin.

Et d’ajouter : « Non seulement nous ne voulons pas une sortie de l’euro, mais nous agirons de telle façon qu’il n’y ait aucune raison d’en douter. »

Le solde Target 2 pourrait atteindre un quart du PIB de l’Italie d’ici la fin de l’année

Ces déclarations ont entraîné une baisse du BTP 10 ans vers 2,9%, mais ce ne sont en réalité que quelques heures ou au mieux quelques jours de gagnés, car le problème de fond subsiste. Le solde Target II (c’est-à-dire ce que l’Italie devrait à la BCE pour honorer ses créances et rééquilibrer la balance en termes d’actifs détenus hors de ses frontières) vient en effet d’atteindre – 465Mds€, pour un PIB d’environ 2 000 Mds€.

Courbe du rendement du bon du trésor italien à 10 ans sur les derniers jours (11 juin 2018)

La déclaration du ministre de l’Economie italien, Giovanni Tria, sur l’attachement du nouveau gouvernement à l’euro, a rassuré les marchés.

D’ici la fin de l’année, ce solde devrait même représenter un quart du PIB du pays !

Dès lors, ni Giovanni Tria, ni ses condisciples plus ou moins eurosceptiques (Liga, 5 Stelle) n’ont besoin d’encenser ou de fustiger la zone euro : celle-ci continue « simplement » de s’autodétruire, comme une grande et sans l’aide de personne…

Les bons du Trésor italien dérapent encore…

Mots clé : - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire