Pour gagner en Bourse, il n’y a que le travail qui compte

Rédigé le 18 juillet 2017 par | A la une, Indices, sociétés et marchés Imprimer

Il ne vous a pas échappé que chacun peut communiquer à sa guise sur les forums boursiers et y dire quasiment tout… et n’importe quoi.

Quand je déambule dans les allées de ces forums au gré des valeurs qui m’intéressent, je découvre et lis souvent des informations complètement aberrantes. Parfois, elles me font sourire tant elles sont absurdes et n’ont aucune chance d’être prises au sérieux… mais parfois, je vois que tout un réseau a été mis en place pour faire monter une information… qu’il me faut prendre le temps de vérifier. Je m’explique.

J’ai repéré deux cas de figure sur les forums.

Dans le premier cas, un internaute, sans doute petit boursicoteur, veut lui aussi connaître « son quart d’heure de célébrité » (sans doute à défaut de connaître le succès boursier) et se met à écrire de fausses informations, pour voir l’impact qu’il peut avoir sur les marchés. Souvent, son « info » est tellement énorme qu’elle n’est pas relayée et n’a aucun impact sur les cours (je crois avoir lu, dans ce style, un post indiquant que LVMH allait racheter L’Oréal ; autant vous dire que j’ai passé mon chemin sans sourciller).

Ce cas de figure est assez inoffensif.

Par contre, et c’est pour moi ce qu’il se passe le plus souvent, il se constitue des réseaux sur les forums boursiers, voués à de la pure manipulation boursière. Cela arrive évidemment sur les micro ou small caps. L’idée est de faire bondir un titre en compilant des informations les unes après les autres, faisant croire par exemple qu’un fonds s’intéresse à la valeur. Un individu A va poster une soi-disant analyse visant à démontrer que la valeur « Bidule » est ultra-décotée. Alors, B se mettra à acheter des titres tandis C indiquera qu’il y a des rumeurs en provenance de Londres autour d’un gros contrat. Arrive l’internaute D qui prendra le relais, achetant des titres et provoquant une hausse substantielle.

Bien sûr, il faut un peu d’argent, mais ne croyez pas que les investisseurs s’intéressent aux valeurs du CAC40, ils sont surtout sur les micro-capitalisations, celles pesant moins de 50 M€ avec un flottant très réduit. La valeur s’envole, ce qui permet aux individus B et D de vendre leurs titres achetés quelques heures auparavant. Les suiveurs sont alors totalement pris au dépourvu.

Les autorités de marché veillent évidemment, mais il est extrêmement difficile de tout recouper, tant les réseaux sociaux et forums boursiers sont nombreux. Difficile de tout surveiller, puis de voir si ces fake news impactent les cours… et de voir qui sont les protagonistes qui en ont profité. D’autant qu’il faudrait que des particuliers spoliés déposent plaintes pour manipulation de cours. Autant dire que cela n’arrive jamais ! (La procédure serait coûteuse et aurait peu de chance d’aboutir à mon avis).

Alors voilà le conseil que vous donnerais plutôt : connaissez les titres que vous achetez. Ayez fait votre propre analyse, allez chercher des informations sur le site de la société – ou suivez mes conseils car j’ai pour le coup accès aux patrons et à des analyses spécialisées : je ne vous recommande que les titres qui sont de vraies pépites, et pas des bulles de rumeur !

Dites-vous que quand un titre monte sans qu’aucune news ne soit associée, ce n’est certainement pas sur un forum que vous allez en trouver la raison ! Croyez-vous vraiment qu’un spécialiste des fusions-acquisitions prendrait le risque de ruiner sa carrière pour distiller des informations privilégiées ? Ou qu’un fonds indiquerait de manière anonyme qu’il entre dans telle ou telle société ?

Pour moi, la manière de la plus sûre de réaliser des gains en Bourse reste encore le travail sur les dossiers, les rencontres avec les patrons, l’analyse fondamentale et l’expérience. En dehors du labeur, point de salut ! (Voir le type de travail qu’Eric Lewin réalise ici).

Mots clé : - - - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Un commentaire pour “Pour gagner en Bourse, il n’y a que le travail qui compte”

  1. Je vous suis avec intérêt et globalement j’apprécie vos commentaires expérimentés.

    Oui, il faut faire sa propre analyse des valeurs. Mais aussi de ceux qui apportent de l’information et des conseils, car après tout, c’est aussi un marché concurrentiel…

    Mais je crois aussi qu’en bourse, l’humilité est nécessaire car on fait tous des erreurs d’analyse, même en travaillant sérieusement.

    Alors quand je lis « suivez mes conseils car j’ai pour le coup accès aux patrons et à des analyses spécialisées : je ne vous recommande que les titres qui sont de vraies pépites, et pas des bulles de rumeur ! », je me demande qui écrivait, au sujet de Let’s gowex, et après accès à des analyses spécialisées et déjeuner avec les dirigeants: « Dossier intéressant et état major qui a l’air compétent et sérieux. »

    Des casseroles, on en a tous. Seul celui qui n’essaie pas ne se trompe jamais.

    Et Google aura toujours plus de mémoire que nous pour nous le rappeler en temps utiles!

    Quoi qu’il en soit, bonne continuation!

Laissez un commentaire