Les GAFAM au top… Le Dow Jones et le reste du marché en danger

Rédigé le 5 février 2018 par | A la une, Analyses indices, Big caps, Indices, sociétés et marchés, US Imprimer

Le 1er février, c’était également la séance du « AAA » avec la publication des trimestriels d’Alphabet (Google), Amazon et Apple – les fameux GAFAM.

Pour la première fois depuis le début 2016, le Dow Jones chute de plus 4% d’un vendredi sur l’autre (-1 100 points en 5 séances soit -4,2%). Les permabulls vont avoir l’occasion de démontrer que les -666 points du Dow Jones (-2,54%) du 2 février sont un accident et que les vendeurs ont peur de leur ombre.

Wall Street a eu la délicatesse de ne pas lâcher le moindre point à l’occasion de la dernière réunion de la Fed présidée par Janet Yellen, ni le 31 (jour du communiqué), ni le lendemain : nul ne pourra prétendre qu’après avoir longuement soupesé le pour et le contre, les opérateurs ont sanctionné les analyses et la stratégie du FOMC.

Palmarès des GAFAM

Le 1er février, c’était également la séance du « AAA » avec la publication des trimestriels d’Alphabet (Google), Amazon et Apple.

La capitalisation boursière des « big five » dépasse désormais les 3 500 Mds$, soit presque deux fois la capitalisation de la Bourse de Paris.

GAFAM

C’est une situation d’hyper attraction et de surallocation des investissements en action qui rappelle celle que connut le CAC40 en l’an 2000 avec France Télécom, Vivendi et STMicro…

Les entreprises les plus endettées risquent de ne pas supporter la remontée des taux

Aujourd’hui, quelques gros dossiers posent problème : et ce n’est pas une vue de l’esprit après la faillite du conglomérat Carillon au Royaume-Uni ou de Steinhoff qui va coûter 50 M€ à la BCE.

Aux Etats-Unis, General Electric serait incapable de faire face au poids de son endettement ; il devrait y avoir d’importantes cessions, et probablement une recapitalisation. Le cas de Sears semble désespéré (depuis longtemps) et Warren Buffett s’inquiète pour son concurrent Nordstrom (qualifié de « dossier à éviter »).

La remontée de taux US va mettre en difficulté un nombre grandissant d’entreprises, dont certaines ont choyé leurs actionnaires (au travers desquels les dirigeants), comme Guess qui a constamment augmenté son dividende depuis 2014 alors que ses résultats se dégradaient symétriquement.

Mais le pire problème d’endettement, c’est l’État américain lui-même qui s’y trouve confronté !

Wall Street vient peut-être de prendre conscience que 1 500 Mds$ de dépenses supplémentaires moins 1 000 Mds$ de recettes fiscales, cela représente 2 500 Mds$ d’endettement supplémentaire d’ici 2020. Et 2 500 Mds$ à des taux proches de 3% sur 10 ans et 2,20% sur le 2 ans, ça pose un vrai problème !

Les plus anciens se souviendront peut-être que le krach de 1987 est survenu alors que la Tax reform de Ronald Reagan, présentée en 1986, venait juste d’entrer en vigueur, et que cela avait provoqué un décrochage du dollar… Wall Street s’en était réjoui à l’époque (coup de pouce à la croissance), les investisseurs déclenchant une fuite en avant dans le full risk on.

Sauf que… le dollar faible fit exploser le déficit extérieur américain… Et l’on connaît la suite…

Mots clé : - - - - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire